Navigation – Plan du site
Chronique de Protohistoire

Actualités de l’âge du Bronze dans le sud-est de la France

Chronologie, lieux, économie, mobiliers
Joël VITAL
p. 243-252

Résumé

Recent developments in Bronze Age archaeology in the south-east of France : chronology, places, economy, material culture

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

France

Géographique :

sud-est de la France

Chronologique :

âge du Bronze
Haut de page

Texte intégral

1Cette chronique propose un bilan des travaux – nombreux, bien que partiellement élaborés – qui ont contribué à faire progresser l’état des connaissances sur l’âge du Bronze dans le quart sud-est de la France, Auvergne comprise. Les champs de la chronologie, de la fonction des lieux, de l’économie, des paléoenvironnements et de la culture matérielle sont plus particulièrement traités dans cette contribution. Nous avons tenté de recenser assez systématiquement les données essentielles livrées durant les cinq dernières années, qu’il s’agisse des productions documentaires, des propositions induites et des nouvelles perspectives ouvertes. Certaines contributions encore inédites (en cours de publication ou travaux universitaires) sont mentionnées. Quelques rappels relatifs à des publications antérieures et dont le propos est toujours d’actualité ont pu être effectués.

2C’est désormais un truisme que de constater que la recherche de terrain relative à l’âge du Bronze est très majoritairement représentée depuis quelques années par les interventions d’archéologie préventive (région lyonnaise, vallée du Rhône, Basse-Auvergne). Les principaux – et peu nombreux – terrains d’archéologie programmée voient progressivement, durant la décennie écoulée, le terme des investigations qui leur ont été consacrées, en milieu karstique principalement (Donzère 26, Sollières 73, Sault 84, Ambérieu 01). Les perspectives programmatiques induites demeurent de manière inquiétante assez réduites. Ce fait tient bien sûr au nécessaire temps d’assimilation et de maturation des très importantes et abondantes informations enregistrées. Mais il résulte aussi du caractère circonstanciel de la programmation scientifique lié à un morcellement du milieu que renforce l’absence d’un tissu ou d’une entité régionale structurants de recherche et d’enseignement qui prenne en compte la période considérée. Les avancées collectives concernent principalement des monographies de sites (supra). Les contributions plus larges restent de portée modeste pour l’âge du Bronze (programme CIRCALP en Rhône-Alpes, prospections thématiques en Auvergne). Signalons le développement des actions de prospection et d’évaluation du patrimoine des sites lacustres alpins (DRASSM) et un programme collectif de recherche consacré à l’interprétation chrono-culturelles des premières productions céramiques du Bronze ancien dans le Sud-Est.

Chronologie

3Les cadres chronologiques généraux ont été fixés à la suite de plusieurs travaux mêlant les recherches à vocation chronométrique (compilation de dates) et couplées à des données mobilières céramiques d’un point de vue plus dynamique (Voruz 1995 ; Buard 1995 ; Gascó et al. 1995 ; Billaud, Marguet 1998 ; Vital 1999). Des précisions et ajustements ponctuels viennent périodiquement compléter cette trame. La transition du Néolithique final au Bronze ancien est ainsi illustrée en moyenne vallée du Rhône avec les séquences bien documentées de Donzère grotte de la Chauve-Souris et de Roynac le Serre 1. Plus au nord, la grotte du Gardon et des sites de l’Est lyonnais (Vaise périphérique nord et rue du Bourbonnais) laissent espérer des progrès comparables. Il en est de même vers l’ouest avec la multiplication des contextes funéraires et d’habitats de Basse-Auvergne (Loison 1997), malgré qu’il subsiste quelques incertitudes chronométriques illustrées notamment par les différentes mesures obtenues sur le site d’Orcet Le Tourteix (63). La calibration de bonnes séries de dates radiocarbone indique la possibilité d’une phase mal documentée entre les dernières manifestations de la fin du Néolithique, vers 2300 av. J.-C. (Campaniforme de Roynac) et les premières marques du Bronze ancien, vers 2150 av. J.-C. (Lyon gorge de Loup et Roynac). Il n’est pas encore possible de préciser si la synchronie partielle entre Campaniforme et différentes formes régionales du Néolithique final se prolonge jusqu’à ces dates, ni en conséquence les possibilités et modalités d’héritages ou de transferts culturels. Le plein Bronze ancien alpin bénéficie d’un nouveau calage du site lacustre des Mongets, sur le lac d’Annecy (travaux Y. Billaud et A. Marguet), obtenu grâce de la mise à jour permanente des référentiels dendrochonologiques, qui s’enrichissent pour le Bronze ancien du volume des bois du site de Concise Sous Colachoz sur le lac de Neuchâtel (fouilles C. Wolf). Les abattages, pour lesquels une proposition chronométrique avait été donnée antérieurement avec réserve (Billaud, Marguet 1999a), se répartissent désormais en absolu aux Mongets de -1778 à -1755. La chronométrie de cette période dans le Midi devrait aussi bénéficier de prochaines dates sur le Camp de Laure (Le Rove 13) après la datation des nouvelles séries à céramique barbelée d’Aix-en-Provence Le Clos Marie-Louise (13) au XXe s. av. J.-C. (BSR PACA 1996 ; Vignaud 1998) et de Goult Irrisson en Vaucluse (fouille J. Buisson-Catil, BSR PACA 1999) vers 1900 av. J.-C. Quelques nouvelles séries, comme Espeluche Lalo (26) (fouille J. Vital), placent le Bronze ancien évolué au XVIIIe s. av. J.-C., en conformité avec le cadre pan-européen actuel. Nous rappelons pour mémoire la sériation en trois phases obtenue pour le Bronze moyen circum-jurassien par J.-F. Buard (1995), des XVIIe, XVIe et XVe s. av. J.-C., dont la généralisation pose quelques problèmes d’ajustement en dehors – et pas uniquement – de la zone considérée. Une nouvelle sériation a été proposée pour le Midi et principalement pour le Bronze moyen provençal avec les termes suivants :

4BM1 (BzB1) entre -1600 et -1500 ; BM2 (BzB2-C1) entre -1500 et -1450 et BM3 (BzC2) entre -1450 et -1350 environ (Vital 1999), en léger décalage par rapport à la chronologie nord-italique, dans le sens d’un rajeunissement. Les phases plus récentes du Bronze final alpin offrent les quelques mesures radiocarbone de l’habitat de Laprade à Lamotte-du-Rhône en Vaucluse (Billaud 1998 et 1999) pour un BF2b au milieu du XIe s. av. J.-C. Mais c’est du domaine lacustre que parviennent les précisions et les confirmations chronologiques les plus précises (Billaud, Marguet 1992, 1995, 1998, 1999b). Sur la station de Grésine (73), des sondages récents (15 m2 fouillés en deux campagnes en deux points différents du site) montrent une séquence atteignant 60 cm de puissance avec un matériel abondant daté autour de -875 grâce à des traverses de pieux (travaux Y. Billaud et A. Marguet). Dans le cadre de l’établissement de la carte archéologique des lacs alpins, de nombreux sites ont été repérés dans la baie de Conjux, au nord du lac du Bourget. Une céramique est attribuable au Bronze final 1, mais à ce jour sans date absolue associée. Les pieux proches sont datés de -935 mais les bois couchés restent à analyser. Cet indice permet avec ceux de Annecy Le Petit Port et Chens-sur-Léman La Vorze d’envisager une occupation des rives au tout début du Bronze final. La date dendrochronologique de -813 pour les occupations littorales les plus récentes du Bronze final 3b est confirmée. Les fouilles en milieu humide du littoral montpelliérain (travaux F. Leroy) devraient elles aussi contribuer à clarifier la chronométrie des faciès culturels du Bronze final du Midi et de certaines modalités architecturales puisque des séquences dendrochronologiques sont attendues, qui devraient au moins pouvoir être calées sur la base de la méthode wiggle matching.

Fonction des lieux et économie

5Les plus récents et plus importants acquis des dernières années concernent sans conteste les différentes formes architecturales ainsi que leurs modalités d’occupation et de fonctionnement. La plupart des milieux sont concernés, à des degrés divers, sites de plaine du bassin de Limagne en Auvergne, de la « confluence » Saône-Rhône, de moyenne et basse vallée du Rhône, cavités du Jura méridional et des Préalpes, milieux humides. Seuls les sites perchés demeurent délaissés après les travaux intensifs réalisés en Languedoc oriental depuis 30 ans. L’éperon calcaire de Saint-Alban à Creys-et-Pusignieu (01) est un des rares exemples de ce type, plusieurs sondages d’évaluation ayant permis de conclure à une intense occupation entre le Bronze final 2b et le premier âge du Fer (Guillet et al. 1999), les surfaces fouillées ne permettant pas néanmoins d’établir la forme et la fonction de ce site. Ce cas démontre cependant les fortes potentialités cognitives en des lieux ou l’accrétion sédimentaire est forte. Concernant les gisements en plaine, ce sont plus particulièrement les périodes du Bronze ancien et du Bronze final qui ont enregistré les progrès les plus significatifs. Le site du boulevard périphérique nord de Lyon (69) livra les premiers bâtiments du Bronze ancien alors que la fouille de Géovreissiat Derrière la Château (01) aboutissait à des résultats comparables pour le Campaniforme (Jacquet 1998 ; Hénon, Vérot-Bourrély et coll. 1998). Ces constructions semblent généralement affecter un plan quadrangulaire de longueur comprise entre 10 et 20 m, isolés et liés à des systèmes d’enclos à Lyon, plus regroupés à Géovreissiat. Le premier site illustrerait un cas conforme à l’hypothèse du semis de fermes peu hiérarchisées, de fermes-étables plus précisément en référence aux exemples plus septentrionaux suivant les auteurs. Le second site, avec une dizaine de constructions, montre à l’inverse un plan plus resserré mais dont la chronologie et le développement d’ensemble ne sont pas encore fixés de manière détaillée. La présence de cellules à plan circulaire et de greniers est possible. La situation en moyenne vallée du Rhône (Roynac Le Serre 1 : Vital et al. 1999) est plus contrastée, avec un bâtiment au Campaniforme et une série de maisons de taille plus réduite alternant avec des groupes de structures de conservation et des clôtures au Bronze ancien, suivant un modèle connu ensuite au Bronze final (Montagnieu : Vital et coll. 1993).

6Ce qu’il faut cependant retenir de commun à ces deux secteurs géographiques, c’est le nombre important de silos au Bronze ancien, pouvant par ailleurs accueillir des sépultures comme à Chabrillan Saint-Martin 3 (Blaizot, Rimbault, à paraître). Ce constat rejoint les hypothèses formulées à propos de Roynac relatives à la place importante qu’occuperait au Bronze ancien l’agriculture dans la subsistance et, par-delà, l’économie des groupes. Les analyses carpologiques disponibles vont dans le même sens, avec une forte diversification des plantes cultivées au Bronze ancien, extension de l’orge nue, développement du millet commun et des légumineuses (Bouby 2000), les finalités de telles modifications nous échappant encore pour partie.

7Des observations sur l’architecture du Bronze ancien ont également été conduites en Basse-Auvergne à Romagnat Opme (fouilles H. Dartevelle ; BSR Auvergne 1997), à Dallet Machal et Pont-du-Château/Lemdpes Chazal (travaux G. Loison ; BSR Auvergne 1994 et 1995).

8Le site littoral des Mongets à Sévrier (Billaud, Marguet 1999a) constitue un autre exemple d’architecture du Bronze ancien. Le milieu littoral produit vraisemblablement une amplification de la tendance à l’architecture agglomérante comme à Roynac avec pour résultat un établissement de forme possible circulaire à sub-circulaire, circonscrit par une double palissade, percée d’un accès sur chemin de rondins perpendiculaire à plusieurs rangées intérieures de pieux matérialisant les structures d’habitat proprement dites. Ce plan évoque bien sûr les formes contemporaines de Concise Sous Colachoz sur le lac de Neuchâtel (travaux C. Wolf) et de Viverone au sud des Alpes, postérieurement.

9À la fin du Bronze moyen, le site du Moullard sud à Lambesc (Bouches-du-Rhône) a vu l’édification d’un bâtiment d’une quarantaine de mètres carrés et ses structures annexes (Boissinot, Cordier, Marrou 1998), qui demeure un exemple isolé de l’architecture de cette période. De nouvelles données sont probablement à attendre de plusieurs interventions conduites dans le Puy-de-Dôme pour le Bronze moyen à Gerzat, Bourg-Lastic, Saint-Sulpice et Cournon-d’Auvergne.

10C’est au Bronze final que l’on doit d’autres plans d’établissements. Un bâtiment isolé a été récemment dégagé à Lattes Port-Ariane (travaux I. Daveau, BSR Languedoc-Roussillon 1999). De telles architectures doivent avoir existé dans les vallées des Préalpes drômoises, mais n’ont laissé que peu de trace hormis un mobilier et quelques fosses attribuables au Bronze final 2b à Chabrillan La Prairie (travaux S. Saintot, BSR Rhône-Alpes 1996) et Montboucher-sur-Jabron Pancrace (travaux C. Vermeulen, BSR Rhône-Alpes 1996). Mais des formes différentes sont connues, comme sur le site du boulevard périphérique nord à Lyon, avec un habitat groupé Bronze final 1, possible unité d’un réseau de sites polarisant les activités socio-économiques (Jacquet 1998). À Corbas, Grandchamp (69), un petit établissement du Bronze final 1 a livré des séries de silos (fouille C. Ramponi, BSR Rhône-Alpes 1997). Le site de Laprade à Lamotte-du-Rhône (84) est un peu plus tardif, du Bronze final 2b. Cet établissement important montre un plan aéré avec sept bâtiments, de 20 à 25 m2 pour des petites constructions à vocation artisanale possible, de 36 à 50 m2 pour des maisons plus vraisemblables à foyer intérieur circulaire d’argile sur radier de graviers (Billaud 1998 et 1999). Cet exemple demeure encore trop isolé pour savoir s’il se place dans une dynamique d’évolution de l’habitat comparable à ce qui a été proposé pour le sud du Jura ou non. Les fouilles en cours dans l’est lyonnais devraient par contre contribuer à l’avancée de cette problématique et de celle, liée, des bases économique du groupe Rhin-Suisse-France orientale. D’importants ensembles de structures en élévation et de conservation sont actuellement dégagés à Saint-Priest (ZAC des Perches, ZAC des Feuilly, travaux P. Hénon et coll. ; Hénon 1999). Des configurations déjà observées dans le Bugey méridional (Montagnieu Le Pré de la Cour) sont possibles pour le Bronze final 3b, avec habitat avéré, batteries de silos et fours à pierres chauffantes. En Provence, des établissements isolés ont aussi été reconnus, correspondant à des stationnements de courte durée à construction de terre, abritant une possible activité métallurgique comme à Sillans-la-Cascade Le Bastidon, site sur lequel les activités de chasse tiennent une place importante (Bérato et al. 1999). Dans le Puy-de-Dôme, une intervention ponctuelle à La Roche-Blanche (travaux G. Loison) à permis de dégager les sols successifs de plusieurs constructions en terre et bois du Bronze final 3b, aménagés sur terrasses, dont l’une a livré les restes bien conservés d’une sole de cuisson à décor de cercles concentriques (BSR Auvergne 1995).

11D’autres formes d’occupation en plaine sont connues. À Genas Sous-Genas (69), une zone empierrée et une aire vide où sont aussi implantées des palissades et de grandes structures à pierres chauffées pourraient correspondre à une utilisation liée à des activités cérémonielles individuelles ou collectives relatives aux soins du corps (sauna) (Vital, Taras, Thiériot 1997). Des activités cérémonielles d’autre nature sont suggérées par les nombreux regroupements de fours à pierres chauffées dont l’interprétation a récemment fait l’objet d’un colloque (Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des Métaux, Bourg-en-Bresse et Beaune 2000). Leur présence pour un même créneau chronologique (Bronze final 3 et Hallstatt C) et à une même latitude en basse Auvergne (Clermont-Ferrand La Pardieu, Issoire) et en Rhône-Alpes (Beynost Grand-Croix, Meyzieu Les Hermières, Saint-Priest ZAC des Perches) est remarquable, mais l’interprétation de ce phénomène demeure malaisée. L’hypothèse de manifestations en relation avec les mutations culturelles et économiques accompagnant le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer, émise en 1993 à propos du site du Pré de la Cour à Montagnieu, demande encore confirmation. Si de tels aménagements sont connus à d’autres époques et en d’autres lieux, leur analyse demande une confrontation directe rigoureuse à leur contexte spatio-temporel d’apparition pour prétendre contribuer au débat.

12Le milieu karstique a fait l’objet de travaux programmés visant à l’étude fonctionnelle des cavités, l’âge du Bronze souffrant d’un certain retard en ce domaine par rapport aux périodes antérieures. Ces recherches sont alimentées par la double problématique de l’utilisation en grotte refuge, à partir des propositions faites à l’issue de la fouille de la grotte des Planches-près-Arbois, et en grotte bergerie suivant un schéma désormais bien attesté pour le Néolithique. Dans la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey, les faciès sédimentaires correspondent à une utilisation fréquente de la cavité, voyant alterner dans le temps et/ou dans l’espace groupes humains et troupeaux. Au Bronze moyen et au Bronze final 1, l’homme apparaît comme un facteur essentiel de la sédimentation lors d’occupations fréquentes, dont l’une est à vocation funéraire ou cultuelle (Chiquet, de Ceuninck, Voruz 1998 ; Sordoillet 1999 a et b ; Sordoillet, Voruz à paraître). Au Bronze final 3a, la tendance s’inverse avec une utilisation préférentielle de la cavité comme grotte bergerie. Dans le Diois, plusieurs karsts d’altitude (entre 1 200 et 1 400 m) ont connu ce genre d’utilisation spécifique, la partie antérieure des réseaux étant liée au stationnement humain, la zone interne, de pénombre ou obscure, étant réservée au parcage des animaux, des caprinés notamment (Brochier et al. 2000). La chronologie de ces fréquentations intéresse aussi bien le Bronze ancien (Tune de la Varaime) que le Bronze final (Tune de la Varaime, Courtinasse, Beaume Sourde). La publication détaillée des résultats des fouilles déjà anciennes de deux cavités majeures des gorges de la Cèze (30), la grotte du Hasard à Tharaux et la grotte du Prével Supérieur à Montclus fournit aussi une série d’éléments fonctionnels diagnostiques (Roudil, Dedet 1993 ; Dedet, Roudil 1994) pour le Bronze final principalement. Ils permettent d’envisager la pluralité des utilisations. L’habitat est attesté, mais l’état des données, comme pour la plupart des cavités méridionales hélas, ne permet pas de préciser cycles, durées et spécificités, la part de la faune chassée à Montclus pouvant être l’indice d’un temps de crise ? Ce type d’occupation reste semble-t-il marginal par rapport aux établissements de plein air. L’organisation et la contribution des uns et des autres dans le fonctionnement socio-économique de l’époque mériteraient de nouvelles investigations. L’utilisation à des fins funéraires par inhumation est confirmée pour ces deux gisements au Bronze final 2. Une dernière utilisation, cultuelle ou votive, est suggérée par la nature de certains dépôts. Les fonctions de stockage intéressent aussi le milieu souterrain. Dans la grotte des Fourches 1 à Sault (84), de grands récipients céramiques et la présence de graines attestent un stockage stationnel au début du Bronze final (Buisson-Catil, Sauzade 1997).

13Les travaux d’étude en cours sur les sites du Mont Bego tendent actuellement à vieillir la datation de la réalisation de la plupart des gravures rupestres. C’est notamment le cas des armes (haches, poignards, hallebardes) qui semblent plus relever de la mouvance Remedello (l’assimilation des manifestations de cette entité à une culture faisant toujours débat) que du Bronze ancien (de Lumley et al. 2000).

14Les activités métallurgiques sont bien documentées en haute altitude (2 500-2 700 m) dans les Hautes-Alpes, à Saint-Véran. Les investigations encore limitées à l’intérieur de la mine ont toutefois fourni des restes végétaux conservés, torches, éléments d’infrastructure, et des outils, maillets et pics en pierre ou matière dure animale (Barge 1997). Cette exploitation relève pour partie du Bronze ancien et du début du Bronze final. Les installations servant au traitement du minerai de cuivre extrait de la mine proche ont fait l’objet de plusieurs campagnes de fouille (Saint-Véran, cabane des Clausis). Deux petites plates-formes ont été identifiées, dont la plus importante servait à des opérations de minéralurgie et de métallurgie. Les datations très homogènes effectuées sur des décharges se calent dans la première phase du Bronze ancien. Cet atelier semble dévolu à la préparation et au traitement du minerai (outils de concassage, tuyères) mais aucun four de réduction bien conservé n’a été découvert. Le lien entre ressources alpines et mobiliers métalliques reste difficile à établir. Hormis pour quelques objets d’un Bronze ancien avancé des Hautes-Alpes, la diffusion de la production du site de Saint-Véran reste inconnue (Barge, Bourhis et Rostan 1998). Le « dépôt » de Casse-Rousse à Villars-d’Arène (05) est un des rares cas de compositions métallographiques spécifiques, relevant il est vrai d’un atelier ou la fonte est attestée in situ (Rossi, Gattiglia 1998). Les travaux conduits sur les Alpes du Nord demanderont confirmation afin d’établir un lien entre analyses et courants culturels ou production locale (Verney, Bocquet 1998). Un travail de synthèse sur le Bronze moyen-récent en Provence a pu faire la démonstration, d’après le mobilier, d’une activité métallurgique propre à cette région à cette époque, en relation directe avec la dynamique culturelle italique au Bronze moyen, puisqu’en constituant une extension occidentale (Vital 1999). Le dépôt de moules et les bronzes du Domaine de l’Étoile à Simiane-Collongue (13), plusieurs pendentifs de type Gambolo de Provence orientale et le dépôt vauclusien de la grotte des Épingles à Cheval-Blanc (Buisson-Catil, Vital, à paraître) en sont les témoins les plus évidents. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, un nouveau dépôt « alpin » à nombreuses parures de la fin du Bronze final a été découvert à Moriez (BSR PACA 1996). Son étude se placera dans le cadre d’une recherche sur ces dépôts initiée à partir des découvertes des Hautes-Alpes (Haussmann 1997).

15Les études paléoenvironnementales révèlent pour l’âge du Bronze de fortes variations de la couverture arborée et des variations climatiques de faible amplitude dans la dynamique des versants, des cours d’eau, des spectres anthracologiques et malacologiques. Cette période est encadrée par deux crises érosives de la transition Néolithique final/Bronze ancien et Bronze final/Fer. Dans la grotte du Gardon a été relevée une bonne correspondance de l’enregistrement sédimentaire par rapport à celui du milieu lacustre, mise en parallèle avec la courbe – climatique – de fréquence du radiocarbone résiduel au cours des temps, sans qu’il soit donné de considérer que les oscillations enregistrées puissent piloter la dynamique d’occupation (Sordoillet, Voruz à paraître). La confrontation des dynamiques environnementales et culturelles testée dans le bassin de Montélimar (Berger et al. 2000) indique des cycles et des temporalités propres aux sociétés, aux écosystèmes et au climat, mais aussi une corrélation entre ces trois composantes pendant le Bronze ancien et moyen, au cours duquel une déprise humaine marquée s’accompagne d’une reconquête des terroirs agricoles par la forêt et d’une longue période de stabilité des paysages qui offrent un aspect en mosaïque où alternent différents biotopes. Des analyses plus localisées révèlent des faits comparables : mise en place d’un pédosol post-Néolithique dans l’Hérault à Lattes Port-Ariane (travaux C. Jorda) fermeture du milieu au Bronze ancien à Goult en Vaucluse (travaux S. Martin et F. Magnin) crises rhexistasique après le Bronze final à Lambesc, Bouches-du-Rhône (Boissinot, Cordier, Marrou 1998)… Les études paléoenvironnementales indiquent qu’au cours du Bronze final l’homme a semble-t-il profité d’un contexte pédoclimatique favorable à l’assèchement des sols et à l’abaissement du niveau des nappes pour réduire la forêt qui s’était étendue au cours de la première partie de l’âge du Bronze et coloniser ainsi les sols riches, légers et faciles à travailler des très basses plaines alluviales (Berger et al. 2000). Les liens de causalité demandent cependant à être mieux assurés, notamment pour ce qui concerne les relations entre mobilité, origine et nature des groupes culturels d’une part, évolution des paysages d’autre part.

Mobiliers

16Diverses publications ou travaux de synthèse sur l’âge du Bronze renouvellent et/ou concentrent la documentation relative à plusieurs départements ou régions du Sud-Est. Il en est ainsi de la Haute-Savoie et de la Savoie intra-alpine (Oberkampf et coll. 1997 ; Ozanne 1995 ; Ozanne, Vital 1999), des Hautes-Alpes (Haussmann 1997), du Vaucluse (Buisson-Catil, Vital à paraître), du Bronze ancien et du Bronze moyen-récent de Provence (Duport 1999 ; Vital 1999) et des Grands Causses (Thauvin-Boulestin 1998). Des corpus importants mais plus restreints géographiquement intéressent toute la chronologie, grottes du Prével et du Hasard dans le Gard (Dedet, Roudil 1994 ; Roudil, Dedet 1993) ou des sites particuliers au Bronze final, (Hénon 1999 ; Thiériot 2000), la synthèse attendue de la documentation ancienne des sites du lac du Bourget ayant fait l’objet d’une thèse en cours de publication (Kerouanton 1999).

17Une analyse à vocation synthétique consacrée aux perles de verre est en cours, intéressant pour partie le Sud-Est. Les premiers résultats sont les suivants : pour l’apparition du verre « vrai », une date très probablement beaucoup plus récente que ce qui est actuellement considéré ; pour les relations géographiques, le relais entre différentes familles chimiques de verre : BM au Proche-Orient, BF dans les Alpes (Frattesina), Hallstatt nouvelles productions proche-orientales. Les connexions nord-italiques sont bien illustrées sur le site de Laprade à Lamotte-du-Rhône (Billaud 1999 ; Gratuze, Louboutin, Billaud 1999 ; Azémar et al. 2000). L’axe de diffusion des vallées nord-alpines, Maurienne notamment, semble probable.

18Plusieurs grands sites occupés au Bronze ancien renouvellent fondamentalement notre état des connaissances (Gallay 1996) sur cette période en vallée du Rhône, notamment pour sa phase ancienne et le début d’une éventuelle phase moyenne : boulevard périphérique nord de Lyon (Rhône : Jacquet 1998), Roynac Le Serre 1 (Drôme : Vital et al. 1999), Chabrillan Saint-Martin 3 (Drôme : travaux S. Rimbault). Dans cette zone plutôt septentrionale de l’axe rhodanien, les ensembles mobiliers, essentiellement céramiques, indiquent que la composante campaniforme locale, souvent créditée d’une forte responsabilité dans la mise en place du Bronze ancien rhodanien, semble demeurer secondaire. Certaines comparaisons peuvent être également opérées en effet avec les différents faciès campaniformes d’Europe centrale et de Transdanubie, voire avec des formes communes aux complexes campaniformes et cordés, éventuellement de manière plus convaincante qu’avec leurs développements ultérieurs au Bronze ancien. Le rôle des cultures continentales ne doit donc pas être envisagé en synchronie (Polada, Valais…) ou localement, dans le temps (continuité Campaniforme-Bronze ancien), mais sur une échelle spatio-temporelle de dynamique globale (Vital et al. 1999). Il sera cependant nécessaire de préciser les modalités de mise en place de la majorité de la production céramique, pour laquelle les hypothèses font encore défaut. Un alliage bronze semble attesté dès le XXIIe s. av. J.-C. (Roynac). Dans le Midi, une révision des mobiliers épicampaniformes du Camp de Laure au Rove (13) a été réalisée dans le cadre d’un projet collectif de recherche (PCR « Composantes culturelles des premières productions céramiques du Bronze ancien dans le sud-est de la France »). Les premières tendances semblent renforcer le poids à attribuer à la composante italique, qu’elle soit d’origine Campaniforme ou Bronze ancien (travaux J. Courtin et J. Vital). Le site de Goult Irrisson (84) livre en fosse un ensemble céramique associant des formes plutôt médio-rhodaniennes et un fragment de vase barbelé (travaux J. Buisson-Catil ; BSR PACA 1999), semblant marquer la latitude à laquelle s’opère la distinction entre les entités septentrionales et méridionales. Une synthèse sur le Bronze ancien en Auvergne a permis à G. Loison de définir une entité représentative de la phase moyenne de la période, dont la mise en place doit aux groupes méridionaux et rhodaniens, mais dont les spécificités l’emportent cependant. Quelques témoins d’un stade antérieur du Bronze ancien évoquent des formes du Rhin supérieur et de la vallée du Danube. Ces constats conduisent l’auteur à minorer le pouvoir heuristique des concepts « épicampaniforme », par la longue durée d’utilisation des motifs qui le définissent, et de « civilisation du Rhône » dont l’unicité culturelle n’emporte plus l’adhésion (Loison 1997, 1998), relayant des propositions antérieures, dont celle de X. Gutherz (1995). Toujours en Auvergne, la fouille de Romagnat Opme (63) fournit de nouveaux ensembles du Bronze ancien (supra), tout comme les interventions réalisées à Aigueperse Montussang et Raze de Pérignat (03) (fouilles P. Jacquet ; BSR Auvergne 1997). X. Gutherz revient aussi sur la chronologie du Bronze ancien, dans le Sud-Est, pour en proposer une bipartition et constater qu’un processus polygénique semble présider à la mise en place des cultures de ce stade. Campaniforme et cultures régionales pourraient par ailleurs alimenter ces phénomènes ainsi que de possibles horizons de transition.

19L’identification au Bronze ancien ou au Bronze moyen 1 des sites du XVIIe s. av. J.-C. (grottes du Gardon et de la Chauve-Souris) se heurte toujours à la ténuité des documents. Peu de nouvelles informations sont à ajouter à la séquence-type septentrionale Bronze moyen/Bronze final ancien définie à partir des fouilles de la grotte du Gardon (Voruz 1995 ; Buard 1995). Le Bronze moyen méridional bénéficie d’une synthèse réalisée sur les ensembles céramiques (et très secondairement métalliques) de Provence. Cette analyse aboutit au constat d’un basculement des connexions avec l’Italie centro-méridionale au profit de l’Italie du Nord entre le BM1 et le BM3, deux stades particulièrement bien illustrés. Le BF1 voit une homogénéisation des connexions et un renforcement des rapports avec l’axe rhodanien. Le taux des rapports typologiques avec les productions italiques, ainsi que l’examen secondaire d’autres traits culturels, permettent de conclure à l’inclusion de la Provence dans l’entité socio-économique italique au Bronze moyen, situation qui ne semble pas se prolonger au-delà du BF1 et qui ne connaîtra de nouveaux développements qu’avec la mise en place du commerce gréco-étrusque de l’âge du Fer. La séquence languedocienne peut faire l’objet d’une nouvelle lecture à la lumière de ces résultats. Un mobilier d’affinités languedocien vient d’ailleurs d’être découvert en Limagne d’Auvergne (63), av. M. Bastié à Cournon-d’Auvergne (travaux L. Carrozza). Ce site de plein air fossoyé révèle un faciès céramique en grande partie superposable à celui de la grotte de Labeil à Lauroux (34) par exemple, confirmant le lien possible avec le domaine méridional déjà envisagé sur des découvertes anciennes (abri du Cuze de Neussargues, 15). Plusieurs autres opérations ont livré des séries du Bronze moyen, à Gerzat/Cébazat parc logistique (63) (travaux G. Vernet ; BSR Auvergne 1996, 1997), Chassenard La Varenne des Bretons (03) (travaux G. Vernet ; BSR Auvergne 1995, 1997), Coulanges Les Fendeux (03) (travaux S. Liégard, BSR Auvergne 1997) et Clermont-Ferrand le Brézet (63) (BSR Auvergne 1997) avec des possibles traces agraires, ainsi que sur le tracé de l’A 89 à Bourg-Lastic et Saint-Sulpice (63) (travaux C. Best, BSR Auvergne 1997), toutes opérations qui devraient permettre d’éclairer cette phase encore insuffisamment connue et de discriminer ce qui revient aux composantes culturelles locales et à celles issues du Midi, de l’Est et du Centre-Ouest. Il convient de mentionner à ce propos la publication de la thèse d’E. Thauvin-Boulestin qui concerne les cultures du Bronze ancien et du Bronze moyen du Quercy et des Grands Causse, et qui fournit une très utile compilation d’une documentation jusqu’alors souvent dispersée (Thauvin-Boulestin 1998).

20Les fouilles de sauvetage récentes de Lattes Port-Ariane (34) (travaux I. Daveau et coll.) et une nouvelle analyses des mobiliers céramiques des fosses de Claparouse à Lagnes (84) et de la grotte du Puits à Esparron-de-Verdon (04) (fouilles G. Sauzade) permettent des précisions sur la définition du Bronze final 1 méridional et sur sa possible bipartition. Un nouvel ajustement chronologique est donc nécessaire pour le Bronze moyen 3/Bronze final 1 dans le Midi (Vital, à paraître), mais n’a pas encore fait l’objet d’évaluation chronométrique.

21Pour le début du Bronze final encore, les fouilles de sauvetages conduites dans la région lyonnaise ont permis la mise au jour de nouveaux ensembles mobiliers, Lyon boulevard périphérique nord (Jacquet 1998), Corbas Grandchamp (fouille C. Ramponi, BSR Rhône-Alpes 1997), dont les affinités avec la Bourgogne et la Franche-Comté méridionales ont été soulignées. Le premier site fournit un ensemble pouvant servir de référence pour une phase ancienne du Bronze final 1. Les ensembles de Jons Les Batailles (travaux Ph. Hénon) correspondaient à un stade plus évolué, mais qui pose alors la question du devenir de la phase Bronze final 2a… Le Bronze final 2b bénéficie désormais de corpus céramiques bien documentés à partir des fouilles réalisées dans la basse vallée du Rhône et dans l’Est lyonnais. Dans la première région, le site de Laprade à Lamotte-du-Rhône (Billaud 1999) possède toutes les caractéristiques des corpus moins fiables de nombreux sites dispersés, propres à préciser la nature de cette entité macro-régionale qui s’étend sur la basse et moyenne vallée du Rhône, produit de l’évolution des productions du Bronze final 1-2a in situ et de l’impact relativement mineur du groupe Rhin-Suisse-France orientale. Les dépôts céramiques liés à l’utilisation funéraire de l’aven de la Boucle à Corconne (Gard) alimentent la même problématique (Cours, Duday, Vital 1999). Les fouilles de Clermont-Ferrand Le Brézet (63) pourraient conduire à préciser la typologie des mobiliers du Bronze final 2 contenus en fosse (travaux G. Vernet ; BSR Auvergne 1999). Les fouilles du secteur de Saint-Priest (69), qui livrent d’abondants ensembles clos de la phase moyenne du Bronze final d’affinités Rhin-Suisse-France orientale (Hénon 1999), devraient permettre une clarification des liens typologiques entre séries du Bronze final 2b et 3a. La contribution des premières dans la définition des secondes semble actuellement inférieure à la somme des caractères qui lient les Bronze final 3a et 3b sur l’axe rhodanien. Les ensembles de Simandres La Plaine et Simandres Les Estournelles (69) (travaux F. Thiériot ; Blaizot, Thiériot 1998) sont particulièrement illustratifs à cet égard. Il en est de même des importantes séquences stratigraphiques de l’éperon de Saint-Alban à Creys-Pusigneu (38) (Guillet et al. 1999) et de la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (01) (Sordoillet, Voruz à paraître). Il faudra attendre toutefois la publication des séries lacustres bien datées, telles Chens-sur-Léman Tougues (74) (Billaud, Marguet 1998) pour juger, sur des bases chronométriques fines, ce qui revient à la dynamique culturelle propre au RSFO, aux composantes méridionales et rhône-alpines d’une part, et pour estimer le degré de représentativité de la chronologie radiocarbone des sites terrestres pour des pas de temps si resserrés. Sur les Grands Causses, la réévaluation d’importantes séries anciennement découvertes en grottes (La Clapade, Landric) ou issues de recherches plus récentes devrait permettre de mesurer les affinités typologiques entre Languedoc, Bassin rhodanien et Centre-Ouest pour les périodes BF2-3a, comme pour la Baume Layrou à Trèves (travaux en cours G. Fages, B. Dedet, A. Vernhet). Des connexions préférentielles entre BF3a-3b ont aussi été reconnues dans le Midi à partir des fouilles de la grotte de Castelvielh à Sainte-Anastasie (30) (Dedet, Pène 1991), de plusieurs autres petits habitats dont l’étude est en cours (travaux B. Dedet) et des nouveaux ensembles provençaux de Sillans-la-Cascade et des Arcs-sur-Argens (Bérato, Magnin et al. 1989 ; Bérato et al. 1999). Pour la fin du Bronze final (BF2b à BF3b), l’étude des séries lacustres tirées anciennement du lac du Bourget (73) (Kerouanton 1999) identifie un groupe culturel centré sur le bassin supérieur du Rhône français, autonome bien que lié préférentiellement avec les groupes du Plateau suisse. Ce faciès est dénommé Savoie-Isère-Ain pour l’étape moyenne du Bronze final. Cette analyse confirme aussi des connexions avec l’ouest de la France, qui s’amplifient au Bronze final 3b, dont la nature et la dynamique d’ensemble mériteront d’être précisés. L’hypothèse d’une large entité culturelle de « France centrale » regroupant ces faciès régionaux est proposée. Les découvertes récentes de Clermont-Ferrand La Combaude (63) (travaux G. Alfonso) et de Romagnat Opme (supra) devraient permettre d’alimenter ce débat. L’identification et la spécification des entités nord-alpine et médio-rhodanienne ont fait l’objet d’une seconde analyse, à partir de l’importante série des Barlières à Serrières-de-Briord (01) (Thiériot 2000), premier site à avoir été daté du dernier quart du IXe s. av. J.-C. en synchronie avec l’établissement littoral de Chindrieux Châtillon (73). Les conclusions vont également dans le sens d’une autonomisation de cette région rhodanienne par rapport au Plateau suisse et la moyenne vallée du Rhône, sensible dès le courant du Xe s. av. J.-C. Sur la station de Grésine (73), de nouveaux ensembles mobiliers et éléments architecturaux sont attendus à partir des résultats des sondages récents qui livrent un matériel abondant et a priori homogène, calé autour de -875 grâce à des traverses de pieux (travaux Y. Billaud et A. Marguet).

22Nos remerciements à Y. Billaud, H. Dartevelle, R. Liabeuf, A. Marguet et Ph. Vergain pour les renseignements fournis.

Haut de page

Bibliographie

Azémar et al. 2000 : Azémar (R.), Billaud (Y.), Costantini (G.), Gratuze (B.) – Les perles protohistoriques en verre de l’Aveyron. Cah. d’archéol. aveyronnaise, 14, 2000, pp. 75-88.

Barge 1997 : BARGE (H.) – L’installation métallurgique préhistorique de la cabane des Clausis à Saint-Véran (Hautes-Alpes). In : AMBERT (P.) dir. – Mines et métallurgies de la Préhistoire au Moyen Âge en Languedoc-Roussillon et régions périphériques. Actes du Colloque de Cabrières (1997). Archéol. en Languedoc, 21, 1997, pp. 99-110.

Barge, Bourhis, Rostan 1998 : BARGE (H.), BOURHIS (J.R.), ROSTAN (P.) – Métallurgie préhistorique et gîtes cuprifères dans le sud-est de la France. Premiers résultats. In : D’ANNA (A.), BINDER (D.) dir. – Production et identité culturelle. Actualité de la recherche. Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, deuxième session, Arles (1996). Antibes, ADAPACA, 1998, pp. 65-79.

Beeching, Vital 1999 : BEECHING (A.), VITAL (J.) dir. – Préhistoire de l’espace habité en France du Sud. Actualité de la recherche. Actes des Premières Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence (1994). Valence, Centre d’Archéologie Préhistorique, 1999, 293 p. (travaux du CAP, n° 1).

Bérato et al. 1999 : BÉRATO (J.), DEGAUGUE (F.), KROL (V.), LEGUILLOUX (M.) – Le Bastidon, Sillans-la-Cascade (Var). Un gisement de plein air du Bronze final 3a en milieu palustre. DocAMérid, 22, 1999, pp. 117-137.

Bérato, Magnin et al. 1989 : BÉRATO (J.), MAGNIN (F.) et al. – Le Touar, les Arcs-sur-Argens (Var). un habitat de plaine du Bronze final II/IIIa et du premier âge du Fer dans son environnement. DocAMérid, 12, 1989, pp. 7-40.

Berger et al. 2000 : BERGER (J.-F.), MAGNIN (F.), THIÉBAULT (S.), VITAL (J.) – Emprise et déprise humaine à l’Âge du Bronze : l’exemple de la Valdaine et de la moyenne vallée du Rhône. BPrHistFr, 97/1, 2000, pp. 95-119.

Billaud 1998 : BILLAUD (Y.) – Laprade : vaste habitat de plaine du Bronze final 2b (Lamotte-du-Rhône, Vaucluse, TGV-Méditerranée). Résultats préliminaires. In : D’ANNA (A.), BINDER (D.) dir. – Production et identité culturelle. Actualité de la recherche. Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, deuxième session, Arles (1996). Antibes, ADAPACA, 1998, pp. 377-391.

Billaud 1999 : BILLAUD (Y.) – Laprade, Lamotte-du-Rhône (Vaucluse) : un habitat de plaine à architecture de terre au Bronze final 2b. BPrHistFr, 96/4, 1999, pp. 607-621.

Billaud, Marguet 1992 : BILLAUD (Y.), MARGUET (A.) – Le site Bronze final de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie). Stratigraphie, datations absolues et typologie. In : Actes du 116e congrès des Sociétés savantes, Chambéry (1991), commisssion de Pré et Protohistoire, pp. 311-347.

Billaud, Marguet 1995 : Billaud (Y.), Marguet (A.) – L’archéologie subaquatique dans les lacs alpins français. In : Bravard (J.-P.), Prestreau (M.) (coord.) – Dynamique du paysage. Entretiens de géoarchéologie. Actes de la table ronde, Lyon (1995). Doc. d’archéol. en Rhône-Alpes, 15, 1995, pp. 219-264.

Billaud, Marguet 1998 : BILLAUD (Y.), MARGUET (A.) – L’Âge du Bronze des lacs alpins français. Bilan des travaux récents. In : The Bronze Âge in Europe and the Mediterranean. Actes du 13e Congrès UISPP, Forli (Italie), Section 11. Forli, ABACO éd., 1998, vol. 4, pp. 315-320.

Billaud, Marguet 1999a : BILLAUD (Y.), MARGUET (A.) – Mise en évidence d’une occupation littorale de l’Âge du Bronze ancien dans les lacs alpins français : Les Mongets (Lac d’Annecy, Sévrier, Savoie). In : BEECHING (A.), VITAL (J.) dir. – Préhistoire de l’espace habité en France du Sud. Actualité de la recherche. Actes des Premières Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence (1994). Valence, Centre d’Archéologie Préhistorique, 1999, pp. 121-128 (Travaux du C.A.P., n° 1).

Billaud, Marguet 1999b : Billaud (Y.), Marguet (A.) – Les occupations littorales des lacs alpins de la Protohistoire à nos jours. In : 14C et Archéologie. Actes du 3e congrès international, Lyon (1998). Mém. de la Soc. préhist. franç., 26 et Revue d’Archéométrie, suppl. (1999), pp. 199-205.

Blaizot, Rimbault 1998a : BLAIZOT (F.), RIMBAULT (S.) – Des inhumations en contexte domestique au Bronze ancien en Rhône-Alpes et en Auvergne. In : Les pratiques funéraires à l’Âge du Bronze en France. Table ronde de Sens-en-Bourgogne (1998). Prétirages, p. 8.

Blaizot, Thiériot 1998b : BLAIZOT (F.), THIERIOT (F.) – Les sites funéraires Bronze final de Simandres Les Estournelles et La Plaine (Rhône). In : Les pratiques funéraires à l’Âge du Bronze en France. Table ronde de Sens-en-Bourgogne (1998). Prétirages, p. 18.

Boissinot, Cordier, Marrou 1998 : BOISSINOT (P.), CORDIER (L.), MARROU (P.) – Un transect dans le vallon du Bourrely à Lambesc, Bouches-du-Rhône (opération TGV-Méditerranée). Morphogenèse et habitat préhistorique. In : D’ANNA (A.) et BINDER (D.) dir. – Production et identité culturelle. Actualité de la recherche. Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, deuxième session, Arles (1996). Antibes, ADAPACA, 1998, pp. 393-401.

Bouby 2000 : BOUBY (L.) – Agriculture et cueillette au Bronze ancien dans la vallée du Rhône et en basse Auvergne. In : LEDUC (M.), VALDEYRON (N.), VAQUER (J.) dir. – Sociétés et espaces. Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, troisième session, Toulouse (1998), pp. 201-210.

Brochier et al. 1999 : BROCHIER (J.-L.), BEECHING (A.), SIDI MAAMAR (H.), VITAL (J.) – Les grottes bergeries des Préalpes et le pastoralisme alpin, durant la fin de la Préhistoire. In : BEECHING (A.) dir. – Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude. Programme CIRCALP 1997-1998 - Agence Rhône-Alpes pour les Sciences Humaines. Valence, 1999, pp. 77-114 (Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique, 2).

Buard 1996 : BUARD (J.-F.) – La céramique d’habitat en domaine circum-jurassien au début du deuxième millénaire avant notre ère. In : MORDANT (C.), GAIFFE (O.) éd. – Cultures et sociétés du Bronze ancien en Europe. Actes du 117e congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand (1992). Paris, CTHS, 1996, pp. 303-324.

Buisson-Catil, Sauzade 1996-1997 : BUISSON-CATIL (J.), SAUZADE (G.) et coll. – Le gisement Bronze final de l’aven des Fourches I à Sault. Contribution à l’étude fonctionnelle des cavités karstiques des plateaux de Vaucluse. DocAMérid, 19-20, 1996-1997, pp. 7-31.

Buisson-Catil, Vital à paraître : BUISSON-CATIL (J.), VITAL (J.) dir. – Âges du Bronze de Vaucluse. Avignon, Service d’archéologie de Vaucluse. Notices d’Archéol. Vauclusienne, 4/Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence, 3.

Chiquet, de Ceuninck, Voruz 1998 : CHIQUET (P.), de CEUNINCK (G.), VORUZ (J.-L.) – « L’affaire F 647 »… et diverses autres pratiques funéraires dans la grotte du Gardon (Ain). In : Les pratiques funéraires à l’Âge du Bronze en France. Table ronde de Sens-en-Bourgogne (1998). Prétirages, pp. 20-21.

Cours, Duday, Vital 1999 : COURS (S.), DUDAY (H.), VITAL (J.) – Une occupation du Bronze final 2 dans l’aven de la Boucle à Corconne (Gard). In : BEECHING (A.), VITAL (J.) dir. – Préhistoire de l’espace habité en France du Sud. Actualité de la recherche. Actes des Premières Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence (1994). Valence, Centre d’Archéologie Préhistorique, 1999, pp. 257-262 (Travaux du C.A.P., n° 1).

D’Anna, Binder 1998 : D’ANNA (A.), BINDER (D.) dir. – Production et identité culturelle. Actualité de la recherche. Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, deuxième session, Arles (1996). Antibes, ADAPACA, 1998, 476 p.

Dedet, Pène 1991 : DEDET (B.), PÈNE (J.-M.) – La grotte I de Castelvielh à Sainte-Anastasie (Gard). DocAMérid, 14, 1991, pp. 89-123.

Dedet, Roudil 1994 : DEDET (B.), ROUDIL (J.-L.) – Les débuts du Bronze final dans les gorges de la Cèze (Gard). II- La grotte du Prével Supérieur à Montclus. Synthèse et conclusions. DocAMérid, 17, 1994, pp. 153-200.

Duport 1999 : DUPORT (K.) – Le Bronze ancien dans le sud-est de la France. Inventaire et perspectives de recherche. Mémoire de DEA, Préhistoire et Archéologie. Université de Provence, Aix-Marseille, 1999, 308 p.

Gallay 1996 : GALLAY (A.) – Le concept de culture du Rhône : Repères pour un historique. In : MORDANT (C.), GAIFFE (O.) dir. – Cultures et Sociétés du Bronze ancien en Europe, Actes du 117e Congrès National des Sociétés Savantes, Clermont-Ferrand (1992). Paris, CTHS, 1996, pp. 271-286.

Gasco et al. 1996 : GASCO (J.), BRIARD (J.), GOMEZ (J.), MORDANT (C.), VITAL (J.), VORUZ (J.-L.) – Chronologie de l’Âge du Bronze et du Premier Âge du Fer de la France continentale. In : RANDSBORG (K.) éd. – Absolute chronology, Archaelogical Europe 2500-500 BC. Acta Archaeol., 67, suppl. 1, pp. 227-250.

Gratuze, Louboutin, Billaud 1999 : GRATUZE (B.), LOUBOUTIN (C.), BILLAUD (Y.) – Les perles protohistoriques en verre du Musée des Antiquités nationales. Ant. nat., 30 (1998), pp. 11-24.

Guillet et al. 1999 : GUILLET (J.-P.), STAHL-GRETSCH (L.-I.), TREFFORT (J.-M.), VORUZ (J.-L.) – Le site protohistorique de Saint-Alban à Creys-Pusigneux (Isère) : une belle stratigraphie du Bronze final IIIa au Hallstatt ancien. In : BEECHING (A.) et VITAL (J.) dir. – Préhistoire de l’espace habité en France du Sud. Actualité de la recherche. Actes des Premières Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence (1994). Valence, Centre d’Archéologie Préhistorique, 1999, pp. 269-286 (Travaux du C.A.P., n° 1).

Gutherz 1995 : GUTHERZ (X.) – Quelques réflexions sur l’origine et la chronologie du Bronze ancien dans le sud-est de la France. In : L’Homme méditerranéen. Mélanges offerts à G. Camps.  Aix-en-Provence, LAPMO, Publications de l’Université, 1995, pp. 375-401.

Haussmann 1997 : HAUSSMANN (L.) – L’Âge du Bronze dans les Hautes-Alpes. Bull. d’ét. préhist. et archéol. alpines, VII-VIII, 1997, pp. 97-180.

Hénon 1999 : HéNON (P.) – Occupation d’un espace au Bronze final IIb/IIIa : les locus 1 et 2 de la « ZAC des Perches » à Saint-Priest. Mémoire de DEA, Université de Franche-Comté, UFR des Sciences du Langage, de l’Homme et de la Société, 1999, 2 vol., 94 p., 75 fig. et tabl.

Hénon, Vérot-Bourrély 1998 : HéNON (Ph.), VEROT-BOURRéLY (A.) et coll. – Habitats néolithiques, protohistoriques et occupations historiques du site de « Derrière-le-Château » à Géovreissiat et Montréal-la Cluse, Ain, France. In : FRERE-SAUTOT (M.-C.) dir. – Paléométallurgie des cuivres. Actes du Colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune (1997). Montagnac, Mergoil éd., 1998, pp. 207-249 (Monographies instrumentum, 5).

Jacquet 1998 : JACQUET (P.) dir. – Habitats de l’âge du Bronze à Lyon-Vaise (Rhône). Paris, MSH, 1998, 249 p. (DAF n° 68).

Kérouanton 1999 : KéROUANTON (I.) – Les stations littorales immergées du lac du Bourget (Savoie) à l’Âge du Bronze final. Les groupes culturels et la question du groupe du Bourget. Thèse de Doctorat de l’Université de Paris I. 3 vol. 1 : 338 p. ; 2 : 291 pl. ; 3 : 240 p. (à paraître).

Leduc, Valdeyron, Vaquer 2000 : LEDUC (M.), VALDEYRON (N.), VAQUER (J.) dir. – Sociétés et espaces. Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, troisième session, Toulouse (1998). Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, 2000, 462 p.

Lemercier et al. 1998 : LEMERCIER (O.), DÜH (P.), LOIRAT (D.), MELLONY (P.), PELLISSIER (M.), SERIS (D.), TCHEREMISSINOFF (Y.), BERGER (J.-F.) – Les Juilléras (Mondragon, Vaucluse) Site d’habitat et funéraire du Néolithique récent, Néolithique final, Campaniforme – Bronze ancien et Bronze final 2b : Premiers résultats. In : D’ANNA (A.), BINDER (D.) dir. – Production et identité culturelle. Actualité de la recherche. Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, deuxième session, Arles (1996). Antibes, APDCA, 1998, pp. 359-368.

Loison 1997 : LOISON (G.) – Le Bronze ancien en Auvergne. Identification d’un faciès régional. Mémoire de l’EHESS, Toulouse, 1997, 168 p. (à paraître. Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique).

Loison 1998 : LOISON (G.) – Une sépulture particulière du Bronze en Auvergne : Lempdes-Chazal. In : Les pratiques funéraires à l’Âge du Bronze en France. Table ronde de Sens-en-Bourgogne (1998). Prétirages, pp. 7-7bis.

Lumley et al. 2000 : LUMLEY (H. de), ECHASSOUX (A.), MACHU (P.), MANO (L.), ROMAIN (O.), de SAULIEU (G.), SERRES (T.) 2000 – Datation, attribution culturelle et signification des gravures rupestres d’armes dans les Alpes occidentales au début de la métallurgie (Mont Bégo, Valcamonica, Haut-Adige, Val d’Aoste et Valais. In : La métallurgie dans les Alpes occidentales des origines à l’an 1000. Extraction, transformation, commerce. IXe colloque international sur les Alpes dans l’Antiquité, Tende (2000). Prétirages, pp. 93-127.

Oberkampf 1997 : OBERKAMPF (M.) et coll. – Âge du Bronze de Haute-Savoie. Tome 1 : En dehors des stations littorales. Annecy, Musée-Château éd., 1997, 213 p.

Ozanne 1995 : OZANNE (J.-C.) – L’Âge du Bronze final dans les hautes vallées de Maurienne et de Tarentaise. Étude introductive à partir du matériel céramique. Mémoire de maîtrise de Sciences et Techniques, Université Lumière-Lyon 2, 1995, 119 p., XVIII pl.

Ozanne, Vital 1999 : OZANNE (J.-C.), VITAL (J.) – Documents pour servir à l’identification des relations transalpines occidentales dans la seconde moitié de l’Âge du Bronze. In : BEECHING (A.) dir.- Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude. Programme CIRCALP 1997-1998 – Agence Rhône-Alpes pour les Sciences Humaines. Valence, 1999, pp. 519-553 (Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique, 2).

Rossi, Gattiglia 1998 : ROSSI (M.), GATTIGLIA (A.) – La Préhistoire récente d’une région de haute et moyenne montagne : le Briançonnais (Hautes-Alpes). In : D’ANNA (A.), BINDER (D.) dir. – Production et identité culturelle. Actualité de la recherche. Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, deuxième session, Arles (1996). Antibes, APDCA, 1998, pp. 447-461.

Roudil, Dedet 1993 : ROUDIL (J.-L.), DEDET (B.) et coll. – Les débuts du Bronze final dans les gorges de la Cèze (Gard). I- La grotte du Hasard à Tharaux. DocAMérid, 16, 1993, pp. 111-162.

Sordoillet 1999a : SORDOILLET (D.) – Fonction et aménagement de la grotte du Gardon à l’Âge du Bronze : approche micromorphologique. In : BEECHING (A.), VITAL (J.) dir. – Préhistoire de l’espace habité en France du Sud. Actualité de la recherche. Actes des Premières Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence (1994). Valence, Centre d’Archéologie Préhistorique, 1999, pp. 109-120 (Travaux du C.A.P., n° 1).

Sordoillet 1999b : SORDOILLET (D.) – Géoarchéologie de sites préhistoriques holocènes. Étude sédimentologique de la grotte du Gardon (Ain), de la grotte Montou (Pyrénées orientales), de l’éperon fortifié de Saint-Alban (Isère) et des sites de plaines alluviales de Ruffey-sur-Seille « A Daupharde » et de Choisey « Aux Champins » (Jura). Thèse de Doctorat, Université de Bourgogne, Sciences de la Terre, Dijon, 1999, 297 p.

Sordoillet, Voruz à paraître : SORDOILLET (D.), VORUZ (J.-L.) à paraître – La grotte du Gardon du Néolithique à l’Âge du Fer : 5 000 ans d’occupation et d’inondations. In : Équilibres et ruptures dans les éco-systèmes durant les 20 derniers millénaires : durabilité et mutation. Préactes du colloque de Besançon (2000). Besançon, Laboratoire de chrono-écologie.

Thauvin-Boulestin 1998 : THAUVIN-BOULESTIN (E.) – Le Bronze ancien et moyen des Grands Causses et des Causses du Quercy. Cressensac/Paris, Préhistoire quercynoise/CTHS éd., 1998, 506 p.

Thiériot 2000 : THIéRIOT (F.) – Le mobilier céramique de l’Âge du Bronze final 3b du site des Barlières à Serrières-de-Briord (Ain). Tentative de caractérisation d’une production du ixe siècle avant J.-C. dans la haute vallée du Rhône français. Mémoire de maîtrise, Université de Bourgogne, UFR de Sciences Humaines, 2000, 2 vol : 105 p., 57 pl. et tabl.

Verney, Bocquet 1998 : VERNEY (A.), BOCQUET (A.) – La composition élémentaire d’objets du Bronze final des Alpes françaises du nord : premiers résultats. In : MORDANT (C.), PERNOT (M.), RYCHNER (V.) – L’atelier du Bronzier en Europe du XXe au viiie siècle avant notre ère. Actes du colloque international Bronze ‘96, Neuchâtel et Dijon (1996). I- Les analyses de composition du métal : leur apport à l’archéologie de l’Âge du Bronze. Paris, CTHS, 1998, pp. 101-118.

Vignaud 1998 : VIGNAUD (A.) – L’éperon barré du Clos Marie-Louise (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône). In : LEMERCIER (O.) dir. – Productions céramiques « épicampaniformes ». table ronde du LAPMO, réunion de travail n° 2 de l’Association Archéologie et Gobelets, Aix-en-Provence (1998). Résumés des communications, pp. 9-10.

Vital 1996 : VITAL (J.) – État des travaux sur l’Âge du Bronze ancien médio-rhodanien. In : MORDANT (C.), GAIFFE (O). éd. – Cultures et sociétés du Bronze ancien en Europe. Actes du 117e Congrès des Société savantes, Fondements culturels, techniques, économiques et sociaux des débuts de l’Âge du Bronze. Clermont-Ferrand (1992). Paris, CTHS, (Commission de Préhistoire et de Protohistoire), 1996, pp. 325-338.

Vital 1998 : VITAL (J.) – Séquences à céramiques Campaniformes dans la moyenne vallée du Rhône (France). Implications et perspectives. In : Bell Beakers today. Prétirages. Colloque international de Riva del Garda (1998), pp. 148-150.

Vital 1999 : VITAL (J.) – Identification du Bronze moyen-récent en Provence et en Méditerranée nord-occidentale. DocAMérid, 22, 1999, pp. 7-115.

Vital et coll. 1993 : VITAL (J.) dir. et coll. – Habitats et sociétés du Bronze final au Premier Âge du Fer dans le Jura. Les occupations protohistoriques et néolithiques du Pré de la Cour à Montagnieu (Ain). Paris, CNRS, 1993, 253 p. (Monographie n° 11 du CRA).

Vital, Taras, Thiériot 1996 : VITAL (J.), TARAS (M.), THIéRIOT (F.) – Genas « Sous Genas » (Rhône) site de plein air, Donzère « Chauve-Souris » (Drôme) site en grotte. Contexte des fouilles, méthodes d’enregistrement, hypothèses, implications épistémologiques. In : AUXIETTE (G.), HACHEM (L.), ROBERT (B.) dir. – Espaces physiques espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer. Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, L’analyse spatiale des sites du Néolithique à l’Âge du Fer, Amiens (1994). Paris, CTHS, 1996, pp. 233-241.

Vital et al. 1999 : VITAL (J.), BROCHIER (J.L.), DURAND (J.), PROST (D.), REYNIER (P.), RIMBAULT (S.) – Roynac le Serre 1 (Drôme) : une nouvelle séquence holocène en Valdaine et ses occupations des Âges des Métaux. Bull. de la Soc. préhist. franç., 96/2, 1999, pp. 225-240.

Vital à paraître : VITAL (J.) – Le début du Bronze final en Provence et dans le sud-est de la France. In : L’età del Bronzo recente in Italia. Actes du Congrès de Lido di Camaiore (2000).

Voruz 1996 : VORUZ (J.-L.) – Chronologie absolue de l’Âge du Bronze ancien et moyen. In : MORDANT (C.), GAIFFE (O.) éd. – Cultures et sociétés du Bronze ancien en Europe. Actes du 117e congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand (1992). Paris, CTHS, 1996, pp. 97-164.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël VITAL, « Actualités de l’âge du Bronze dans le sud-est de la France », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 24 | 2001, mis en ligne le 05 janvier 2007, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://dam.revues.org/997

Haut de page

Auteur

Joël VITAL

CNRS, Centre d’Archéologie Préhistorique, 4 place des Ormeaux – 26000 Valence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page