Navigation – Plan du site
Varia

La sépulture protohistorique de la Métairie Grande à Laure-Minervois (Aude) (VIIe s. av. n. è.)

Thierry Janin, Arnaud Gaillard, Cyril Calvet, Sandrine Lenorzer et Annie Montécinos

Résumés

À Laure-Minervois, entre la Montagne Noire et l’Aude, la sépulture de la Métairie Grande constitue un nouvel ensemble funéraire à rattacher au faciès Grand Bassin I. L’abondant mobilier en céramique non tournée (cratères à col et pied hauts, coupes et coupelles hémisphériques) et une épingle en fer à tête enroulée permettent de situer cette découverte dans la première moitié du VIIe s. av. J.-C. Le dépôt sépulcral a été placé dans une fosse quadrangulaire dont la fouille a montré qu’elle devait être vide de tout sédiment lors de la condamnation de la sépulture.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : situation et circonstance de la découverte

1La tombe de la Métairie Grande est située sur le versant sud-est d'un promontoire de faible hauteur (160 m). Entre la Montagne Noire et l'Aude, cette prééminence domine, au nord, le bassin tertiaire de Carcassonne et au sud, la plaine de l'Aude (fig. 1 et 2). Le substrat appartient à la molasse éocène de Carcassonne. Il s'agit d'un limon jaune, marmorisé, comportant quelques blocs de grès.

1 Situation de la tombe de la Métairie Grande

2 Situation topographique de la tombe de la Métairie Grande

2Cette sépulture a été découverte de façon fortuite par Cyril Calvet, archéologue amateur, en juillet 2000. Quelques fragments de vases en place avaient été reconnus en bordure orientale de la parcelle (fig. 3), dans la coupe récemment rafraîchie d’un fossé. Une première observation a confirmé la présence d’un ossuaire en coupe (nombreux fragments d’os humains brûlés) et d’éléments correspondant vraisemblablement à un dépôt mobilier (coupe à fond plat, coupe à fond ombiliqué…). Une première intervention a permis de préciser la nature et l’importance du dépôt et d’engager la fouille de cette sépulture qui a eu lieu le 17mars 20011.

3 Emplacement de la tombe sur fond cadastral

2. Description générale

3La sépulture se présente sous la forme d’un lot de récipients disposés en deux groupes séparés par une mince bande vide de tout vestige (fig. 4). Il n’a pas été possible d'observer les limites de la fosse car l’enrobant était identique au remplissage. Aucun élément de couverture ou de superstructure tumulaire n’a été relevé et la fosse ne contenait aucun charbon de bois. La partie occidentale de la tombe a été perturbée lors du nettoyage du fossé et l’ossuaire (vase A) a, à cette occasion, été amputé de plus d’un tiers. Le groupe méridional, le mieux conservé, présente un alignement des diamètres des vases A, D, H et I, qui pourrait refléter un effet de paroi. Au nord, le vase G a été posé volontairement couché alors que le vase N a manifestement été déplacé, sans doute lors de travaux agricoles peut-être très anciens, comme pourraient en témoigner les quelques petits fragments de tegula retrouvés parfois au contact des récipients. La coupelle M a été placée à l’embouchure du vase G, qui contenait la coupe S, posée retournée à l’intérieur de la panse. Le vase D contenait la coupe T. Lors du prélèvement du contenu de l’ossuaire, une épingle en fer, fragmentée, et une fusaïole ont été recueillies sur les os humains brûlés ; un petit anneau en bronze, une fibule serpentiforme en fer et un fragment de pecten se trouvaient parmi les os. La restitution de la position initiale des récipients en fonction de leur diamètre maximum (fig. 5) permet d’observer deux alignements nets des vases ; au sud, du vase A au vase I, et à l’est, du vase F au vase P. Cela suggère l’existence initiale d’une fosse quadrangulaire, type reconnu en grand nombre sur d’autres gisements (cf. infra). Cette fosse devait être vide de tout sédiment lors de la condamnation de la sépulture car des coupes se sont « ouvertes » sous le poids des sédiments et plusieurs vases ont basculé et ont ensuite été écrasés par le remplissage.

4 Relevé de la tombe

5 Restitution du dépôt funéraire

3. Inventaire du mobilier funéraire

Mobilier céramique (fig. 6 et 7)

  • Vase A : coupe profonde à vasque convexe, bord dans son prolongement et fond plat (C1d1) ; récipient ayant servi d’ossuaire ;

  • Vase B : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond légèrement concave (C1a) ;

  • Vase C : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond ombiliqué (C1a) ;

  • Vase D : urne à profil convexe, sans col, petit bord et fond plat (U6c1) ;

  • Vase E : coupe à pied annulaire, panse carénée facettée, bord évasé (C4a1) ;

  • Vase F : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond ombiliqué (C1a) ;

  • Vase G : urne à col haut concave divergent, panse écrasée et pied haut (U1a1) ;

  • Vase H : urne à profil convexe, sans col, petit bord et fond plat (U6c1) ;

  • Vase I : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond ombiliqué (C1a) ;

  • Vase J : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond rond (C1a) ;

  • Vase K : partie supérieure d’une urne à bord rectiligne divergent, panse ovoïde et méplats sur l’épaule (U1b2 ?) ;

  • Vase L : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond ombiliqué (C1a) ;

  • Vase M : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond ombiliqué (C1a) ;

  • Vase N : urne à col haut concave divergent, panse ovoïde et pied haut (U1a1) ;

  • Vase O : partie inférieure d’urne à fond plat (U ?) ;

  • Vase P : petite urne à profil convexe, sans col, petit bord et fond plat (U6c1) ;

  • Vase R : partie inférieure d’urne à fond plat (U ?) ;

  • Vase S : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond rond (C1a ; posée à l’envers au fond du vase G ;

  • Vase T : coupe à paroi convexe, bord dans son prolongement et fond ombiliqué (C1a) ; posée au fond du vase D.

Mobilier métallique

  • Objet 1 : petit anneau ouvert en bronze, à section circulaire ; diam. ext. : 6 mm ; retrouvé parmi les os dans l’ossuaire ;

  • Objet 2 : fibule serpentiforme en fer incomplète ; arc à section circulaire ; pied constitué par une boule pleine ; retrouvée parmi les os dans l’ossuaire ;

  • Objet 3 : épingle en fer incomplète, tête enroulée à section plate ; tige à section circulaire ; diam. de la tête : 14 mm ; L totale conservée : 58 mm ; retrouvée sur les os dans l’ossuaire.

Mobilier autre (fig. 6)

  • Objet 4 : fusaïole en terre cuite, lisse, à dépression ; diam. : 34 mm ; haut : 25 mm ; retrouvée sur les os dans le vase cinéraire ;

  • Objet 5 : fragment d'une valve de pecten (non dessiné) ; retrouvé parmi les os dans l’ossuaire.

Données anthropologiques

4L'ossuaire, incomplet, a livré 63,9 g d'os humains brûlés appartenant à un individu adulte ; une vertèbre cervicale montre des traces d’arthrose sur le corps vertébral (remaniements osseux importants et début de pont osseux), un fragment d’extrémité et un élément indéterminé avec ostéophytes pourraient indiquer que le sujet était plutôt âgé. Les ossements présentent une coloration homogène blanche à bleu clair ; quelques éléments du tronc (vertèbre cervicale et côtes) sont orangés. La température de crémation a été supérieure à 650 °C.

4. Discussion : datation et comparaison

5La sépulture de la Métairie Grande peut sans difficulté être rattachée au faciès Grand Bassin I du bas-Languedoc occidental tel qu’il a été défini par O. et J. Taffanel (Louis et al. 1960) puis précisé par A. Nickels (Nickels et al. 1989). Elle renferme en effet des cratères à col haut et pied haut, et de nombreuses coupes et coupelles hémisphériques, ainsi qu’une épingle à tête enroulée en fer. Cet assemblage, même incomplet, connaît de nombreux parallèles mais il est délicat de le caler précisément au sein du faciès Grand Bassin I qui s’étend de la fin du VIIIe s. au début du VIe s. av. n. è. Il paraît cependant raisonnable de ne pas dater cette tombe de la fin du VIIIe s., au regard du nombre de récipients recueillis ; il semble en effet que les tombes de cette époque renferment moins de vases (Nickels et al. 1989). Dans le même ordre d’idée, on peut relever l’absence de certaines formes telles les urnes situliformes et les coupes à large marli fréquentes dans la nécropole du Peyrou à Agde, datée de la deuxième moitié du VIIs. Enfin, on notera que les épingles à tête enroulée en fer sont absentes de l’ensemble agathois, mais connues en contexte Grand Bassin I précoce, à Mailhac notamment (Taffanel et al. 1998). Ainsi, et en attente de paramètres complémentaires, on proposera, à titre d’hypothèse de travail, de situer la sépulture de la Métairie Grande dans la première moitié du VIIe s av. n. è.

6Il est également délicat de discuter de la composition de l’assemblage funéraire : la sépulture est en effet amputée et on ne connaît évidemment pas la constitution initiale du dépôt. Comme dans bien des cas, on relèvera le grand nombre de coupes. Mais c’est l’utilisation d’une coupe profonde comme ossuaire qui mérite d’être soulignée. Au Grand Bassin I de Mailhac, la très grande majorité des vases cinéraires sont des urnes, ovoïdes ou à col haut et pied haut, parfois des urnes situliformes dans la phase récente ; c’est également le cas dans la nécropole du Gabelas à Cruzy (Hérault) (Feugère et al. 1993), ou plus au nord, dans les complexes funéraires de la région de Castres (Giraud et al. à paraître). En revanche, les ossuaires recueillis au Peyrou à Agde sont presque toujours des coupes, à deux exceptions près (Nickels et al. 1989, 361-362).

7La disposition du mobilier métallique et de la fusaïole, dans l’ossuaire, est également assez classique. La présence de la fusaïole et du pecten pourrait peut-être indiquer une sépulture féminine.

8La forme initiale supposée de la fosse sépulcrale, quadrangulaire, est également à noter. Si cette forme est de règle à Agde, elle est rare à Mailhac et attestée pour des sépultures à l’architecture très complexe (Janin 2000). Cette forme est en revanche très courante au début de l’âge du Fer dans le Castrais (Giraud, Pons 2000, 99). Le caractère isolé de la sépulture est loin d'être confirmé : rien ne permet en effet d'affirmer qu'aucune tombe n'est installée aux alentours.

9Sa découverte dans un secteur jusque-là dépourvu d'ensembles funéraires de cette première phase de l'âge du Fer est à relever.

Haut de page

Bibliographie

Audouze, Courtois 1970 : AUDOUZE (F.), COURTOIS (J.-C.) – Les épingles du Sud-Est de la France. München, 1970, 74 p. et 30 pl. (Prähistorische Bronzefunde, XIII, 1).

Feugère et al. 1993 : feugère (M.), Janin (Th.), Cathala (J.-M.), fages (F.) – Une nouvelle nécropole à incinération du premier âge du fer : Gabelas à Cruzy (Hérault). DocAMérid, 16, 1993, pp. 193-202.

Giraud, Pons 2000 : GIRAUD (J.-P.), PONS (F.) – Les nécropoles protohistoriques à incinération de la région de Castres (Tarn). In : DEDET (B.), GRUAT (P.), MARCHAND (G.), PY (M.), SCHWALLER (M.) éd. Archéologie de la Mort, Archéologie de la tombe au premier âge du Fer. Actes du XXIe Colloque International de l’AFEAF, Conques-Montrozier, 1997. Lattes, ARALO, 2000, pp. 95-112 (Monographies d’archéologie méditerranéenne, 5).

Giraud et al. à paraître : GIRAUD (J.-P.), PONS (F.), JANIN (Th.) dir. – Nécropoles protohistoriques de la région de Castres (Tarn). À paraître (DAF).

Janin 2000 : JANIN (Th.) – Nécropoles et sociétés Élysiques : les communautés du Premier Âge du Fer en Languedoc occidental. In : JANIN (Th.) éd. – Mailhac et le Premier Âge du Fer en Europe occidentale, Hommages à Odette et Jean Taffanel, Actes du colloque international de Carcassonne 1997. Lattes, ARALO, 2000, pp. 117-132 (Monographies d’archéologie méditerranéenne, 7).

Louis et al. 1960 : LOUIS (M.), TAFFANEL (O.), TAFFANEL (J.) – Le premier âge du fer languedocien, III, Les tumulus, conclusions. Bordighera-Montpellier, Institut international d'études ligures, 1960, 423 p.

Nickels et al. 1989 : NICKELS (A.), MARCHAND (G.), SCHWALLER (M.) – Agde, la nécropole du premier âge du Fer. Paris, CNRS, 1989, 499 p., 313 fig. (suppl. à la RANarb, 19).

Taffanel et al. 1998 : TAFFANEL (O. et J.), JANIN (Th.) – La nécropole du Moulin à Mailhac (Aude). Lattes, ARALO, 1998, 393 p., 478 fig. (Monographies d’archéologie méditerranéenne, 2).

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 La fouille a été conduite par Arnaud Gaillard et Thierry Janin, avec la participation de Cyril Calvet, Emmanuelle Capo, Anna Gougaud et Annie Montécinos. L’étude anthropologique a été réalisée par Sandrine Lenorzer. Il nous est agréable de remercier ici la propriétaire du terrain, Mme Marie-Thérèse Albiach, pour les facilités qu'elle nous a accordées permettant le bon déroulement de l'opération.
Haut de page

Table des illustrations

Légende 1 Situation de la tombe de la Métairie Grande
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 2 Situation topographique de la tombe de la Métairie Grande
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 3 Emplacement de la tombe sur fond cadastral
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 4 Relevé de la tombe
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 5 Restitution du dépôt funéraire
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 6 Mobilier de la tombe
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 7 Mobilier de la tombe (suite)
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Janin, Arnaud Gaillard, Cyril Calvet, Sandrine Lenorzer et Annie Montécinos, « La sépulture protohistorique de la Métairie Grande à Laure-Minervois (Aude) (VIIe s. av. n. è.) », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 25 | 2002, mis en ligne le 16 janvier 2007, consulté le 17 août 2017. URL : http://dam.revues.org/312

Haut de page

Auteurs

Thierry Janin

UMR 154 du CNRS, Montpellier-Lattes

Articles du même auteur

Arnaud Gaillard

membre associé au Centre d'Anthropologie - UMR 8555, Toulouse

Cyril Calvet

La Clause Haute, rue de la Montagne Noire 11160 Trausse

Sandrine Lenorzer

Université Bordeaux I, UMR 5809, Talence

Annie Montécinos

EHESS-Centre d'Anthropologie - UMR 8555, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page