Navigation – Plan du site
Varia

Un habitat perché et fortifié du Ve s. av. n. è. sur le mont Peigros, Sainte-Maxime (Var)

à la mémoire de Jean-Luc Fiches et Tinekke Struijke
Françoise AUDOUZE, Jacques BERATO, Bui Thi MAI, Philippe MARINVAL, Sander van der LEEUW, Philippe AYCARD, Michel DUBAR et Michèle BALLINGER

Résumés

Au cours d’un siècle, le Ve av. n.è., qui voit les échanges économiques profondément modifiés par le commerce maritime et par l’activité économique des colons grecs de Marseille, l’habitat perché fortifié du Peigros témoigne, par son mobilier, de la persistance d’un mode de vie indigène, fondé sur des activités agro-pastorales, et peu tourné vers les échanges extérieurs. Édifié sur le sommet culminant des Maures orientales, il fait partie des sites fortifiés qui se situent sur le pourtour des Maures orientales et se range parmi les habitats fortifiés de petite dimension. La céramique importée de Marseille reste très minoritaire à côté d’une céramique modelée abondante. Les analyses palynologiques et carpologiques rendent compte d’un milieu de maquis en cours d’ouverture pour une agriculture de céréales et de légumineuses adaptée aux terrains pauvres et de prairies d’élevage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise AUDOUZE, Jacques BERATO, Bui Thi MAI, Philippe MARINVAL, Sander van der LEEUW, Philippe AYCARD, Michel DUBAR et Michèle BALLINGER, « Un habitat perché et fortifié du Ve s. av. n. è. sur le mont Peigros, Sainte-Maxime (Var) », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 37 | 2014, document 6, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://dam.revues.org/2576

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page