Navigation – Plan du site
Dossier : la céramique du Bronze final méridional : nouvelles données, nouveaux enjeux

Le style céramique du Bronze final IIIa en Languedoc oriental

Bernard Dedet
p. 85-126

Entrées d’index

Géographique :

Languedoc oriental

Chronologique :

Bronze final IIIa
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Présentation

1C’est en 1961, avec la publication dans Gallia de leur article intitulé « La céramique incisée à méandres symétriques du Pont du Diable (Aniane, Hérault) », que J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou font connaître pour la première fois en Languedoc oriental un lot de céramiques classées alors au Bronze final III de N.K. Sandars (1957). Au terme d’un inventaire des motifs de méandres connus alors dans la moitié sud de la France, ces auteurs remarquent que l’apparition de cette ornementation précéderait de peu, dans le Midi, le décor d’anthropomorphes et de zoomorphes incisés du Mailhacien I, et que, par endroits, les deux styles seraient contemporains. Pour eux, le premier serait issu du Nord-Est, et le second de Méditerranée orientale par l’intermédiaire de l’Italie du sud, mais tous deux auraient une origine commune : « Comme ces deux catégories de motifs sont traitées suivant la même technique (incision au simple, double ou triple trait), il est probable que ces deux groupes, qui atteignent séparément et par des voies différentes le Midi de la France, sont fondamentalement apparentés et proviennent peut-être d’un berceau commun situé dans le Sud-Est de l’Europe » (Boudou et al. 1961, 216). Le méandre symétrique marquerait « l’arrivée de la première vague de la civilisation nouvelle » dont témoigneraient ensuite « les grandes nécropoles des plaines languedociennes (Mailhac, Pépieux) et des vallées catalanes (Millas, Agullana) » (ibid., 217).

2Au-delà de ces conceptions diffusionistes qui marquent leur époque, J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou signalent donc d’emblée deux points essentiels : d’une part, un fort lien culturel entre le style céramique identifié au Pont du Diable et celui du Mailhacien I, et, d’autre part, l’antériorité de l’apparition du premier sur le second.

3À la même époque que la découverte du Pont du Diable, tout au début des années 1960, dans un sondage de 6 m2 effectué sur le site des Courtinals à Mourèze (Hérault), D. Rouquette et J. Vallon fouillèrent des couches superposées et mirent au jour deux séries céramiques homogènes, caractéristiques du Bronze final IIb et du Bronze final IIIa. Cependant, hormis de brèves communications la signalant (Vallon 1962 ; Rouquette 1976), cette découverte importante restera longtemps inédite et ne fera l’objet d’une étude détaillée que récemment (Dedet, Rouquette 2002). Manifestement, dans sa thèse sur « L’Âge du Bronze en Languedoc oriental » , élaborée durant les années 1960 et parue en 1972, J.-L. Roudil n’a pas pu étudier ces trouvailles de Mourèze qu’il signale pourtant en les rapportant à un Bronze final III global, et nulle part, dans ce travail, ne figurent celles du Pont du Diable. Au demeurant J.-L. Roudil ne cherche pas à opérer de distinction entre les phases a et b du Bronze final III, car, selon lui, « les documents pour la réaliser manquent encore actuellement » (Roudil 1972, 140). Et, à partir de gisements en grotte d’Ardèche méridionale dont aucun ne présente cependant de stratigraphie bien conservée pour cette période, Les Cloches et Le Ranc-Pointu 3 à Saint-Martin-d’Ardèche, ainsi que Peyroche II à Auriolles, il définit une civilisation du Bronze final III qu’il ne peut subdiviser en partant de la typologie de ces documents (ibid., 180).

4En 1985 la publication de deux petits habitats de la rive de l’étang de Mauguio (Hérault), Tonnerre I et Tonnerre II, constitue une autre avancée décisive. En effet, ces deux sites très proches l’un de l’autre, dont la fouille a été initiée par H. Prades et le Groupe Archéologique Painlevé en 1973 et poursuivie par M. Py et nous même entre 1976 et 1979, ont livré des couches homogènes d’occupation humaine du Bronze final IIIa, surmontées par un habitat du Bronze final IIIb (Py 1985 ; Dedet 1985a). Pour la première fois, l’évolution des styles céramiques durant ces deux phases pouvait donc être saisie localement. Et l’étude d’ensemble des gisements de la bordure de la lagune melgorienne en 1985, a été aussi l’occasion de publier une première courte synthèse sur le IIIa du Languedoc oriental, montrant les limites des connaissances sur le sujet (Dedet 1985b).

5Depuis cette époque, la documentation s’est considérablement accrue en Languedoc oriental, tant par la relecture de découvertes anciennes, comme En Tourieire à Sainte-Anastasie dans le Gard, la grotte des Cloches à Saint-Martin-d’Ardèche dans l’Ardèche, les Courtinals à Mourèze, dans l’Hérault, que par des découvertes nouvelles, Soucanton à Saint-Jean-du-Pin, Castelvielh à Sainte-Anastasie, Sariot à Cabrières et la Réserve à Fontanès dans le Gard, le Pont du Diable 2 à Aniane, Fangade à Sète et la Conque à Mèze dans l’Hérault (fig. 1).

6Une étude régionale d’ensemble des différents aspects de la culture du Bronze final IIIa est actuellement en cours (Dedet à paraître), qui englobera, outre le Languedoc oriental, également les Grands Causses où, parallèlement, un matériel datable du Bronze final IIIa a pu être identifié sur une dizaine de sites (Costantini et al. 1985, passim). L’objectif du présent article est seulement de préciser le faciès céramique de cette période en Languedoc oriental et de souligner ce qui le distingue des répertoires du Bronze final II et du Bronze final IIIb de cette région. Le point de départ sera les stratigraphies de Mourèze et de Tonnerre.

2. Deux sites de référence, les Courtinals à Mourèze et Tonnerre à Mauguio (Hérault)

2.1. Les Courtinals à Mourèze

7Dans les Garrigues languedociennes, à 7 km à l’ouest de Clermont-l’Hérault, l’habitat des Courtinals est niché dans la partie méridionale du chaos de rochers ruiniformes de calcaire dolomitique connu sous le nom de « cirque de Mourèze » (fig. 1). En ce lieu, ces rochers délimitent un « enclos » allongé, d’orientation méridienne et ouvert vers le sud, d’environ 4000 m2 de superficie. Ils forment une barrière haute de 20 à 40 m, entrecoupée d’étroits couloirs pentus.

1 Localisation des gisements du Bronze final IIIa du Languedoc oriental.

1 Localisation des gisements du Bronze final IIIa du Languedoc oriental.

8Signalé dès le début du XXe s. par G. Vasseur (1911), prospecté par E. Mestre à la fin des années 1950, cet habitat a été sondé par D. Rouquette et J. Vallon, en 1961. Ce sondage de 6 m2, implanté dans un de ces couloirs, entre deux monolithes rocheux, livra quatre couches superposées, se rapportant à autant de grandes périodes d’occupation : Néo-Chalcolithique, Bronze final IIb, Bronze final IIIa et Ve-IVe s. av. J.‑C. Par la suite, en 1985 puis en 1991, d’autres sondages sont menés à bien par D. Garcia, qui, outre la fouille d’une habitation du Ve s. av. J.‑C., ont procuré du matériel Bronze final IIIa en position remaniée (Garcia, Orliac 1990).

  • 1 Mobilier conservé au siège de la Société Archéologique de Montpellier (Musée languedocien).

9C’est le sondage de D. Rouquette et J. Vallon qui, par la succession stratigraphique de couches Bronze final IIb et Bronze final IIIa, et un mobilier particulièrement abondant et bien conservé pour cette dernière phase, constitue l’intérêt majeur de ce site. Il a fait l’objet d’une étude détaillée récemment (Dedet, Rouquette 2002)1.

2 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique de la couche 6, Bronze final IIb (dessins B. Dedet).

2 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique de la couche 6, Bronze final IIb (dessins B. Dedet).

10La couche 6, qui se rapporte au Bronze final IIb, a livré les restes de 34 récipients céramiques. Le répertoire comprend (fig. 2) :

  • urne de facture grossière, sans col, à embouchure resserrée, décorée sous le bord d’un cordon horizontal à impressions au doigt (fig. 2, n1) ;

  • urne de facture grossière, à col parallèle bas, panse à carène haute plus ou moins prononcée, décorée à la carène d’une rangée d’impressions au doigt (fig. 2, n2 et 3) ;

  • urne à col bas divergent et panse carénée haute, selon deux grandes catégories : l’une de grande taille et de facture grossière, ici décorée à la carène d’une rangée d’impressions circulaires (fig. 2, n4) ; l’autre, de petite taille et de facture fine, aux surfaces polies ou lustrées et décor de fines cannelures horizontales sur la face intérieure du bord et/ou en haut de la panse ou sur la carène, ou de cannelures obliques sur la carène (fig. 2, nos 5-9) ;

  • jatte à épaulement et col légèrement convergent, aux surfaces polies (fig. 2, n10) ;

  • jatte à panse arrondie et col bas divergent, aux surfaces polies, décor éventuel de cannelures horizontales sur l’épaule (fig. 2, nos 11-14) ;

  • coupe carénée, avec anse éventuelle (fig. 2, nos 15-18) ;

  • coupe arrondie convexe à bord divergent et finement cannelé à l’intérieur (fig. 2, nos 19-21).

11Dans les couches 5 et 4, datables du Bronze final IIIa, figurent des vases de types déjà connus précédemment dans la couche 6 et des récipients d’un style nouveau (fig. 3, 4 et 5). Le nombre minimum d’individus de ces deux couches du Bronze Final IIIa, compté à partir des bords et des morceaux de panses décorées, est de 260.

3 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

3 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

4 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

4 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

5 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

5 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

Les types présents antérieurement

  • Urne de facture soignée, à panse très galbée, col cylindrique haut et bord déversé, pouvant porter une décor de cannelures horizontales, sur le col et/ou sur le haut de la panse (fig. 3, n1).

  • Urne de facture moyenne, à panse carénée, col bas divergent et bord aplati, pouvant porter une décor de cannelures horizontales sur le haut de la panse et d’une rangée horizontale d’impressions au niveau du diamètre maximum de la panse (fig. 3, n2).

  • Urne de facture moyenne ou grossière, à panse arrondie peu galbée, sans col, à embouchure resserrée. Le décor d’impressions digitales sur cordon est remplacé par une rangée horizontale d’impressions ovalaires directement sur la paroi (fig. 3, n3).

  • Coupe de facture soignée, à panse biconique carénée et bord déversé, décor de cannelures horizontales sur la face intérieure du bord et/ou le haut de la panse (fig. 3, n4).

  • Coupe arrondie convexe, à panse divergente et bord divergent, parfois décorée de fines rainures horizontales sur le bord aplati, et/ou à l’intérieur de la panse, à mi-hauteur, ou encore de cannelures plus larges (fig. 3, nos 5, 7 et 8).

  • Coupe arrondie convexe, à panse convergente et bord mouluré, légèrement rentrant (fig. 3, n6).

  • Coupe de facture soignée, à panse tronconique, bord dans le prolongement de la vasque et fond plat, creux ou annulaire. Des faisceaux de fines cannelures horizontales ornent la face intérieure du bord. La nouveauté réside soit dans la présence de telles cannelures dans la partie moyenne de la panse à l’intérieur, soit dans celle de larges cannelures couvrant l’ensemble de la surface intérieure de la panse (fig. 3, nos 9 à 11).

Les types nouveaux

  • Urne de facture soignée, à panse moyennement galbée et col bas divergent, avec décor de cannelures horizontales sur la face intérieure du bord et/ou le haut de la panse. Un nouveau type de décor peut exister sur la panse de ces urnes, la double ligne droite horizontale, incisée finement (fig. 4, nos 1 et 2).

  • Jarre de facture moyenne, à panse arrondie peu galbée, col bas divergent et bord aplati, pouvant porter une décor de cannelures horizontales sur le bord et/ou haut de la panse associées à une rangée horizontale d’impressions (fig. 4, nos 3 et 4).

  • Jarre de facture moyenne à grossière, à panse arrondie moyennement galbée, col bas convergent et bord arrondi ou aplati, et décor de cannelures horizontales en haut de la panse (fig. 4, n5).

  • Coupes et coupelles biconiques de facture très soignée, bord rentrant à lèvre aplatie, fond plat ou creux, décorées au dessus de la carène de doubles lignes droites horizontales, incisées finement (fig. 5, nos 1 à 4).

  • Coupelles de facture très soignée, à panse arrondie, bord déversé ou rentrant à lèvre aplatie, fond plat ou creux, décorées en haut de la panse de méandres ou de doubles lignes droites horizontales, incisées finement (fig. 5, nos 5 à 7).

2.2. Tonnerre à Mauguio

  • 2 Mobilier conservé au Musée archéologique Henri Prades à Lattes (Hérault).

12L’habitat de Tonnerre est installé sur le rivage septentrional de l’étang littoral de Mauguio, à 12 km à l’est de Montpellier (fig. 1). Il occupe deux petites buttes en bordure du Plagnol, de faible hauteur, à peine un mètre cinquante au-dessus du niveau de la lagune, distantes de 100 m environ l’une de l’autre, Tonnerre I à l’ouest et Tonnerre II à l’est. Ces gisements ont été découverts et sondés par le Groupe Archéologique Painlevé en 1972 et 1973, puis ont fait l’objet de campagnes de sauvetage programmé par M. Py et nous même entre 1976 et 1979. Occupés du Bronze moyen à la première moitié du VIe s. av. J.‑C., tous deux ont livré, notamment, des couches superposées couvrant le Bronze final IIIa et IIIb (Prades, G.A.P. 1985 ; Dedet 1985b ; Py 1985)2.

Au Bronze final IIIa se rapportent

  • à Tonnerre I : sondage 2/1976, couche 4 (fig. 6) ; fouille 3/1979, sondage C-D/2-3, couche 3, sondage C-D/10-11, couche 3, sondage G-H/2-3, couche 3, sondage K-L/2-3, couches 3 et 4 ;

  • à Tonnerre II : sondage 1/1978, couches 4, 5 et 6 (fig. 7).

6 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 4, Bronze final IIIa ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).

6 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 4, Bronze final IIIa ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).

7 Tonnerre 2, Mauguio (Hérault), sondage 1-1978, couches 4 et 5, Bronze final IIIa ; mobilier céramique (dessins B. Dedet, 1985).

7 Tonnerre 2, Mauguio (Hérault), sondage 1-1978, couches 4 et 5, Bronze final IIIa ; mobilier céramique (dessins B. Dedet, 1985).

13Le Bronze final IIIb concerne les couches suivantes de Tonnerre I :

  • sondage 2/1976, couche 3 (fig. 8 et 9) ; fouille 3/1979, sondage C-D/2-3, couche 2 et 2B, sondage C-D/10-11, couche 2, sondage G-H/2-3, couche 2, sondage K-L/2-3, couche 2.

14Le répertoire céramique du Bronze final IIIa comporte deux éléments déjà attestés régionalement au Bronze Final II :

  • l’urne à panse moyennement galbée, col bas divergent et décor d’un cordon horizontal à impressions digitales (fig. 7, n7).

  • la coupe arrondie convexe, à panse divergente, bord divergent et lèvre aplatie, avec aplatissement horizontal ou oblique vers l’intérieur et légèrement élargi (fig. 6, nos 25 et 27 à 47 ; fig. 7, nos 15 et 17).

15Il comprend aussi un type présent antérieurement dans la région mais modifié, la coupe de facture soignée, à panse tronconique, bord dans le prolongement de la vasque, fond plat, creux ou annulaire et décor à l’intérieur de la panse, constitué soit de larges cannelures couvrant l’ensemble de la surface (fig. 6, n48), soit d’un faisceaux de fines cannelures horizontales dans la partie moyenne de la vasque (fig. 7, nos 20, 22 et 33).

16Il se signale enfin par la présence de types nouveaux :

  • l’urne de facture soignée, à panse très galbée, col cylindrique haut et bord déversé, pouvant porter une décor de cannelures horizontales ou de doubles lignes incisées sur le col (fig. 6, n17 ; fig. 7, nos 6 et 23) ;

  • l’urne de facture moyenne, à panse arrondie, col bas divergent et bord aplati (fig. 6, nos 9, 10 et 13 ; fig. 7, n9).

  • la jarre de facture moyenne, à panse arrondie peu galbée, col bas divergent et bord aplati, pouvant porter un décor de cannelures horizontales en haut de la panse associées à une rangée horizontale d’impressions (fig. 6, nos 2, 7 et 19).

  • la coupe et la coupelle biconiques de facture très soignée, bord rentrant à lèvre aplatie, fond plat ou creux, décorées au dessus de la carène de doubles lignes droites horizontales, incisées finement (fig. 6, nos 54, 56, 63, 68 et 71 ; fig. 7, nos 19 et 28).

  • la coupelle de facture très soignée, à panse arrondie, bord déversé ou rentrant à lèvre aplatie, fond plat ou creux, décorée en haut de la panse de méandres ou de doubles lignes droites horizontales incisées finement (fig. 6, nos 52, 53, 55 et 67 ; fig. 7, nos 4 et 5).

17Dans la céramique du Bronze final IIIb se retrouvent la plupart des types déjà attestés antérieurement, mais souvent avec des modifications dans la forme et/ou le décor.

18L’urne de facture moyenne, à panse arrondie, col bas divergent et bord aplati, perpétue une forme bien attestée auparavant, mais les lèvres sont désormais parfois arrondies (fig. 8, nos 6, 7 et 23).

8 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 3, Bronze final IIIb ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).

8 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 3, Bronze final IIIb ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).

19La coupe arrondie convexe, à panse divergente, bord divergent et lèvre aplatie, avec aplatissement horizontal ou oblique vers l’intérieur et légèrement élargie est toujours très bien représentée (fig. 9, nos 1, 4 à 8, 13, 14, 16 à 20, 31, 40 et 41). Cependant à cette époque, à la différence du Bronze final IIIa, cette forme admet souvent une lèvre simplement arrondie (fig. 9, nos 2, 3, 9 à 12 et 15).

9 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 3, Bronze final IIIb ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).

9 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 3, Bronze final IIIb ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).

20La coupe de facture soignée, à panse tronconique, bord dans le prolongement de la vasque, fond plat, creux ou annulaire est également encore bien présente, avec, souvent, un décor de fines cannelures horizontales sur le bord ou même, plus rarement, dans la partie moyenne (fig. 9, nos 23 à 30, 32 à 34, 38 et 39). Mais l’ornementation de larges cannelures couvrant l’ensemble de la surface intérieure de la panse a alors disparu. Désormais le bord peut s’orner de larges méplats et un décor finement incisé peut l’affecter ou être placé sur la panse (fig. 9, nos 22, 42, 43 et 59).

21La coupe et la coupelle biconiques de facture très soignée à bord rentrant, fond plat ou creux, décorées, au dessus de la carène, d’incisions fines en trait double, sont toujours présentes, mais désormais, la lèvre n’est plus aplatie ou biseautée, mais arrondie ou amincie et le décor ne se limite plus seulement à des droites ou des méandres incisés finement, mais admet aussi les figurations zoomorphes et anthropomorphes du faciès mailhacien I (fig. 9, nos 48 à 58 et 60 à 69).

22À cette époque apparaît un nouveau type d’urne et de coupe :

  • l’urne à panse arrondie à profil plus ou moins galbé, col haut divergent, bord évasé et muni de méplats sur la face intérieure, fond creux ou annulaire, décor de larges cannelures horizontales et de doubles droites finement incisées en haut de la panse (fig. 8, n1) ;

  • la coupe arrondie convexe à embouchure resserrée et lèvre arrondie ou aplatie (fig. 9, nos 44 à 46).

3. Panorama des autres sites

La grotte des Cloches à Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche)

  • 3 Matériel conservé au Musée régional de Préhistoire d’Orgnac (Ardèche).
    Merci à Jean Salles de m’avoi (...)

23La grotte des Cloches s’ouvre dans une falaise de la rive gauche de l’Ardèche, à 10 km de la confluence avec le Rhône (fig. 1). Un diverticule d’environ 20 m2 de superficie, tout proche de l’entrée, a été fouillé par A. et P. Huchard et M. Louis entre 1946 et 1948 (Huchard, Louis 1950 ; Louis, Taffanel 1955, p. 37-41). Cette fouille a été reprise en 1986 par J. Vital qui a également classé le matériel découvert antérieurement, et cela sur des critères typologiques, car la couche de provenance de chaque pièce n’est plus connue (Vital 1986)3.

24Il ressort de ces travaux l’existence d’un habitat, temporaire ou permanent (?), du Bronze final IIb, IIIa et IIIb, et du premier Âge du Fer, ainsi que de tombes mal datées, attestées par les restes d’au moins quatre individus. La céramique attribuable au Bronze final IIIa (29 pièces) représente 17 % du matériel ayant reçu une attribution typo-chronologique, contre 31 % pour le Bronze final IIb et 45 % pour le Bronze final IIIb (ibid., p. 536) (fig. 10 et 11).

10 Grotte des Cloches, Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche), fouilles 1946-1948 ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Vital, 1986).

10 Grotte des Cloches, Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche), fouilles 1946-1948 ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Vital, 1986).

11 Grotte des Cloches, Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche), fouilles 1946-1948 ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Vital, 1986).

11 Grotte des Cloches, Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche), fouilles 1946-1948 ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Vital, 1986).

Soucanton à Saint-Jean-du-Pin (Gard)

25Soucanton est situé dans les pré-Cévennes calcaires, à l’extrémité septentrionale du plissement du Bois de Valz, à 2,5 km au sud-ouest du centre ville d’Alès (fig. 1). Le gisement a été découvert dans les années 1950 par J. Salles, qui a collecté en surface un ensemble de tessons. Une prospection, effectuée en février 2000 avec J.-M. Pène, nous a permis de compléter ce lot, d’étudier la topographie du lieu et de tenter de délimiter l’implantation humaine. Celle-ci prend place sur le versant ouest de l’éperon rocheux portant la tour médiévale de Soucanton, vers 245-250 m d’altitude, au pied de la falaise sommitale, au sommet de la pente abrupte qui domine de plus de 75 m la gorge de la rivière Alzon. Le matériel se rencontre dans une zone exiguë, de 30 m de longueur environ, le long du pied de la falaise, et de 10 m de large environ, sur un léger ressaut du haut de la pente, un peu moins incliné que le reste du versant. Ce ressaut n’est pas naturel, mais semble plutôt résulter d’un soutènement construit et peut correspondre à l’assise d’un petit établissement humain, sans doute un habitat d’après le matériel céramique recueilli. Ce dernier paraît chronologiquement homogène (fig. 12 et 13)3.

12 Soucanton, Saint-Jean-du-Pin (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

12 Soucanton, Saint-Jean-du-Pin (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

13 Soucanton, Saint-Jean-du-Pin (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

13 Soucanton, Saint-Jean-du-Pin (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).

La Réserve à Fontanès (Gard)

  • 4 Mobilier conservé au Dépôt de fouilles du Fort Vauban à Alès.

26La Réserve est le nom d’une petite combe de l’extrémité sud-ouest du massif calcaire du Bois des Lens, bordant la vallée du Vidourle, dans les Garrigues gardoises occidentales (fig. 1). Le gisement a été découvert dans les années 1980 par R. Peyrolles. Ce dernier, au cours d’un sondage prospectif, a alors mis au jour les seuls vestiges, semble-t-il conservés, de ce petit établissement. Celui-ci prend place vers 85 m d’altitude, en bas du versant septentrional de ce vallon, non loin du lit d’un petit ruisseau temporaire. Au nord, à l’est et au sud, il est entouré de collines aux pentes douces qui culminent vers 130 et 140 m d’altitude. Le secteur est très érodé et les strates calcaires affleurent presque partout. En surface, on ne rencontre que de rares tessons de céramique non tournée, non datables. Mais dans un petit creux du substrat, entre deux strates relevées, R. Peyrolles a exhumé un grand nombre de tessons jointifs d’une grande urne non tournée du Bronze final IIIa. Ces restes marquent l’existence d’une petite fosse, peut-être un silo, dans lequel se trouvait placé le vase, à moins que les morceaux de ce dernier, cassé, n’aient servi à combler cette dépression, car la partie inférieure du récipient manque. Il s’agit apparemment là des seuls vestiges conservés d’une petite installation, soit un petit habitat dont il ne resterait que cette structure en creux, soit une fosse isolée (fig. 14)4.

14 La Réserve, Fontanès (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet).

14 La Réserve, Fontanès (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet).

Grotte-abri d’En Tourieire à Sainte-Anastasie (Gard)

  • 5 Collection particulière. Merci à René Peyrolles de m’avoir permis d’étudier ce vase.

27Cette grotte s’ouvre à l’entrée des gorges du Gardon, dans la partie nord-ouest du méandre de Castelvielh, à 10 km au nord de Nimes (fig. 1). Elle a fait l’objet d’une fouille en 1923 par C. Hugues, qui a publié une relation rapide de ses travaux (Hugues 1958). La localisation précise n’est pas indiquée, C. Hugues signalant seulement la grotte « presque au sommet de l’escarpement calcaire d’En Tourieire, sur la rive droite du Gardon, au sud du village de Russan ». Or, la multitude de cavités s’ouvrant dans ce secteur ne permet pas de l’identifier avec certitude. La description des lieux se résume à quelques indications, sans illustrations : « petite cavité de 8 mètres de diamètre (…) Elle prend jour par quatre entrées qui donnent sur le vide, sauf l’entrée au levant accessible par une étroite corniche (…) Un banc rocheux coupait la salle en deux gradins ». Le matériel, tessons de vases et os d’animaux, provient « d’un foyer de cendres et de charbons de bois, recouvert par très peu de terre et par des blocs anguleux tombés du plafond ». Ce foyer « avait été établi sur le palier supérieur », dans le fond de la grotte, « en pleine lumière ». Cette description de C. Hugues paraît bien correspondre à un petit habitat. Le mobilier céramique est homogène et se rapporte au Bronze final IIIa (fig. 15)5.

15 Grotte-abri d’En Tourieire, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet).

15 Grotte-abri d’En Tourieire, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet).

Grotte 1 de Castelvielh à Sainte-Anastasie (Gard)6

  • 6 À l’exception de deux vases recollés, exposés au Muséum d’Histoire Naturelle de Nîmes, ce matériel (...)
  • 7 Matériel conservé au dépôt du Centre Départemental d’Archéologie du Gard à Nîmes-Saint-Cézaire.

28Cette cavité est aussi située à l’entrée des gorges du Gardon, non loin de la grotte-abri d’En Tourieire, également en rive droite, mais en aval, dans la partie sud-est du méandre de Castelvielh (fig. 1). Elle a été signalée anciennement par les préhistoriens gardois, comme F. Mazauric à la fin du XIXe siècle (= sa grotte 3 de Castelvielh), ou M. Louis à la fin des années 1920, mais sans que mention soit faite de vestiges d’occupation humaine. Ceux-ci n’ont été reconnus qu’en 1981 par L. Lafaye et J.-M. Pène, lors d’une prospection systématique. Un abondant matériel céramique datable du Bronze final IIIa a alors été recueilli dans les déblais de trois petits « sondages » clandestins constatés dans la principale salle de la grotte. En collaboration avec J.-M. Pène, nous avons fouillé la quasi totalité de cet espace entre 1984 et 1986, et effectué des sondages dans les salles suivantes. Les résultats de ces recherches ont fait l’objet d’une publication monographique (Dedet, Pène 1991)7.

29Cette grotte s’ouvre à mi-hauteur de la falaise supérieure, à 70 m au dessus du Gardon, par deux entrées en balcon : un grand porche donnant accès à la principale salle, une galerie de 13,5 m de long sur 2 à 5 m de large, pour 2 à 3,2 m de hauteur de plafond au dessus du sol actuel (salle A). Au fond, un étroit boyau (4,5 m de long, 0,5 m de large et 1 m de haut) rejoint la salle B (7,9 m de long sur 1,8 à 3,6 m de large). Celle-ci est éclairée par un petit porche correspondant à une diaclase et par une ouverture très étroite, impénétrable pour les hommes. Elle est prolongée par deux autres galeries successives (salles C, de 6,5 m de long, et D, de 8 m de long), séparées par une châtière, et un diverticule parallèle à la galerie C et présentant d’étroites lucarnes avec elle (diverticule C’, de 3,5 m de long). Des encoches ont été taillées dans la falaise pour faciliter l’accès.

30Seule la salle A livre des vestiges de quatre occupations successives, Néo-Chalcolithique, Bronze final IIIa, début du premier âge du Fer et XIIe siècle. La fréquentation Néo-Chalcolithique est attestée par quelques documents mobiliers trouvés en position remaniée. L’occupation Bronze final IIIa est marquée par deux niveaux de remblai homogène (couches B4 et C6), partiellement recouverts par une couche de sédimentation d’habitat de même époque (couche B3). Au début du premier âge du Fer deux fosses peu profondes (C4 et C5) sont creusées dans les niveaux antérieurs (C6), et comblées avec un matériel mélangé (premier âge du Fer et Bronze final IIIa). Puis, au XIIe siècle, un habitat probablement temporaire occupe le fond de la salle (sol BC2 et fosse C3).

31L’occupation qui a laissé le plus de vestiges est, sans conteste, celle du Bronze final IIIa (fig. 16 à 22). Le matériel de cette phase provient pour l’essentiel du fond (secteur C) et de la partie médiane de la salle, tandis que la zone de l’entrée (secteur A), entièrement remaniée, ne fournit aucune indication. Le fond de la salle, avec une trentaine ou une quarantaine de gros récipients d’environ 100 litres chacun, était dédié au stockage des denrées ou de l’eau, tandis que la plupart des vases fins se trouvaient dans la partie médiane. Aucun reste de foyer n’a été découvert dans les couches du Bronze final IIIa, mais l’existence de feux peut toutefois être déduite de la présence d’os d’animaux portant les stigmates d’une combustion. Ces restes culinaires rendent compte d’un groupe humain exploitant des animaux domestiques, moutons pour l’essentiel (76 % des restes déterminés), et peut-être chèvres, mais aussi chiens, bœufs et porcs, et chassant également le cerf et le lapin.

16 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

16 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

17 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

17 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

18 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

18 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

19 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

19 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

20 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

20 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

21 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

21 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

22 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

22 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).

Sariot à Cabrières (Gard)

  • 8 Matériel conservé au dépôt du Centre Départemental d’Archéologie du Gard à Nîmes-Saint-Cézaire. Mer (...)

32Sariot se trouve à 10 km au nord-est de Nîmes, dans un petit bassin de la frange méridionale des Garrigues nîmoises (fig. 1). Découvert à la suite d’un labour, en 1979, le gisement a fait l’objet d’une prospection de surface systématique par X. Gutherz, qui procura 202 fragments de céramique non tournée chronologiquement homogène, appartenant à presque autant de vases (fig. 23 et 24). L’éparpillement des vestiges sur une surface de l’ordre de 5000 m2, la variété du lot céramique et la présence d’un élément de broyeur de meule à va-et-vient marquent probablement la présence d’un habitat. Cette dispersion et le fait que le site était planté en vigne n’incitèrent pas à effectuer une fouille. Ce matériel a fait l’objet d’une publication détaillée (Dedet, Pène 1995)8.

23 Sariot, Cabrières (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1995).

23 Sariot, Cabrières (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1995).

24 Sariot, Cabrières (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1995).

24 Sariot, Cabrières (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1995).

Le Pont du Diable à Aniane (Hérault)

33Le gisement du Pont du Diable est situé à l’endroit même où, après avoir creusé de profondes gorges dans les plateaux des Garrigues bordant le sud du Massif central, l’Hérault débouche brusquement dans la plaine (fig. 1). En rive gauche du fleuve, au pied du plateau du Bois des Brousses, il comporte au moins deux secteurs occupés au Bronze final IIIa, distants de 300 m l’un de l’autre, que nous appellerons Pont du Diable I et Pont du Diable II, dans l’ordre de leur découverte. Mais entre eux d’ailleurs, d’après des ramassages de surface, il ne semble pas y avoir solution de continuité et on a, sans doute, affaire au même établissement. Face à lui sur l’autre rive du fleuve, commune de Saint-Jean-de-Fos, devant la résurgence de la Clamouse, existent également des indices d’installation ou de fréquentation humaine contemporaine, tandis que l’intérieur de la grotte même de la Clamouse a livré plusieurs objets en bronze pouvant être rapportés à cette époque (Groupe Archéologique du Lodévois 1957).

34Le secteur 1, s’étage dans une petite combe nord-sud qui échancre le plateau du Bois des Brousses, juste au nord de la Bergerie. Il s’étend dans l’éboulis qui couvre le versant occidental de cette combe, ainsi que sur la partie basse du versant opposé, à l’est du thalweg. Au dessus, sur le sommet d’un éperon rocheux culminant à 185 m d’altitude, ainsi que sur un petit plateau surmontant d’une centaine de mètres les gorges de l’Hérault, se trouvent les vestiges mobiliers d’un habitat du premier âge du Fer, « l’oppidum des gorges de l’Hérault » , et des constructions en pierre sèche qui paraissent postérieures et pourraient appartenir aux vestiges du castrum carolingien de Montcalmès (Schneider, Garcia 1998, 114). La configuration de cet éperon portant l’oppidum, en pente vers l’ouest, vers les gorges de l’Hérault et non vers la combe débouchant sur la bergerie, et le fait que des tessons du Bronze final IIIa ont été trouvés à l’est du thalweg, sur le versant opposé du vallon (prospections L. Schneider et B. Dedet en 2000), permettent de penser que l’habitat du Bronze final IIIa est bien situé sur les pentes de la combe. L’éboulis peut recouvrir des terrasses aptes à supporter des habitations, dans un site abrité du vent du nord, bien exposé au sud et protégé par la crête rocheuse.

35Ce secteur 1 a fait l’objet de ramassages de surface et de « quelques sondages », publiés par J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou en 1961 (Boudou et al. 1961). Les auteurs distinguent bien trois périodes d’occupation, même si leur datation mérite d’être précisée : une phase 1, qui couvrirait « le Bronze final III et le premier âge du Fer » , une phase 2, attribuée à « l’époque de la Tène » et une phase 3 datant de « la fin de l’époque romaine ou du haut moyen-âge ». Ils remarquent aussi que « la grande masse de cette documentation se rapporte à la première phase, tandis que seuls quelques objets attestent des deux périodes suivantes (fig. 25 et 26).

25 Pont du Diable, secteur 1, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou, 1961, sauf n° 14, B. Dedet).

25 Pont du Diable, secteur 1, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou, 1961, sauf n° 14, B. Dedet).

26 Pont du Diable, secteur 1, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou, 1961).

26 Pont du Diable, secteur 1, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou, 1961).

36Depuis la parution de ce travail, des précisions ont été apportées par divers chercheurs, notamment sur le plan chronologique. Le matériel de la phase ancienne a été attribué par J. Guilaine (1972, 309) « à un Bronze final IIIA évolué ». Les objets de la phase 2 sont placés à la seconde moitié du VIe s. av. J.‑C. par D. Garcia (1993, 22-23), alors que seule une fibule en bronze était datée de « la fin du Hallstatt » par J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou. Quant aux tessons de la phase 3, leur datation est maintenant précisée aux VIIe-IXe s. ap. J.‑C. (Schneider, Garcia 1998, 113).

37Des prospections de surface ont aussi enrichi la documentation sur ce secteur. Le gisement du Bronze final IIIa, a livré une épingle en bronze, et, de l’oppidum « des gorges de l’Hérault » qui le surmonte, provient un abondant mobilier céramique de la fin du premier âge du Fer (ibid., 1998, 113-114). En mars et avril 2000, avec L. Schneider , nous avons procédé à de nouvelles prospections qui ont permis de recueillir des tessons du Bronze final IIIa et de mieux cerner l’emplacement du gisement.

  • 9 Merci à Laurent Schneider de m’avoir permis d’étudier ce matériel.

38Le secteur 2, à 300 m au nord-ouest du précédent, au fond des gorges de l’Hérault, en rive gauche, sur une terrasse naturelle dominant le cours du fleuve d’une vingtaine de mètres, a été mis en évidence en 1993 par L. Schneider et G. Durand à l’occasion de deux sondages pratiqués à l’intérieur d’un édifice des Ve-VIe s. ap. J.‑C., dit « bâtiment du Bois des Brousses » et dénommé « la sale de Charlemaigne » dans un document notarial XVIIe siècle (ibid., p. 115-116). Ces recherches ont mis en évidence des couches du Bronze final IIIa conservées sur une épaisseur d’une cinquantaine de centimètres, et qui ont livré un matériel céramique fragmenté mais abondant (ibid., 115-116 ; Schneider 2000, 56)9 (fig. 27).

27 Pont du Diable, secteur 2, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (fouilles L. Schneider, dessins B. Dedet).

27 Pont du Diable, secteur 2, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (fouilles L. Schneider, dessins B. Dedet).

39Il semblerait que ces deux secteurs fassent partie du même établissement : L. Schneider et D. Garcia signalent que « toutes les terrasses rocheuses de la rive gauche du fleuve ont livré de nombreux fragments de céramique non tournée » , depuis le Pont du Diable en aval, jusqu’aux abords des ruines de l’église Saint Hilaire, 500 m en amont de la « sale de Charlemaigne » , soit sur une longueur de 800 m le long du cours d’eau (ibid., p. 116). Et il se pourrait que l’autre rive de l’Hérault au niveau de la grotte de Clamouse, au moins, ait également été occupée à la même époque, tandis que l’entrée de la cavité elle-même recevait alors des dépôts particuliers, notamment d’objets métalliques.

La Fangade à Sète (Hérault)

40L’habitat de la Fangade, actuellement immergé dans l’étang de Thau, est situé sur une petite butte du littoral nord de l’île du Mont Saint-Clair à Sète (fig. 1). Découvert en 1974, il fit l’objet de plusieurs sondages par F. Leroy en 1997. Ces recherches ont révélé des horizons du Bronze moyen-récent ou début Bronze final I, du Bronze final II, du Bronze final IIIa et du Bronze final IIIb (Lugand, Bermond dir. 2001, p. 391-392). Le matériel céramique est en cours d’étude.

La Conque à Mèze (Hérault)

41Cet habitat, maintenant aussi immergé dans l’étang de Thau, est implanté sur le littoral de la bordure orientale de l’anse de la Conque, en périphérie ouest de la ville de Mèze (fig. 1). Il a été repéré en 1993 par I. Bermond et, en 1998, F. Leroy y a conduit une campagne de sondages. Fréquenté dès le Néolithique, le site est surtout occupé au Bronze final II et III (ibid., 393). Son matériel céramique est également en cours d’étude.

4. Proposition d’un typologie régionale de la céramique du Bronze final IIIA

4.1. Les urnes

Forme 1 : urne biconique à grand col cylindrique (fig. 28)

Caractères morphologiques

  • bord évasé, recourbé ou non vers l’extérieur, avec une lèvre arrondie, amincie ou coupée en biseau ;

  • col cylindrique haut, à profil rectiligne ou légèrement convexe ;

  • panse biconique, à carène marquée ou non ;

  • fond plat ou creux.

Décor

42Le décor peut se situer en plusieurs endroits :

  • sur le dessus du bord, à l’intérieur : fins sillons incisés ;

  • sur le col :

  • des motifs géométriques incisés en double trait après séchage et avant cuisson : droites horizontales, méandres ; grecques ;

  • un ou deux faisceaux de cannelures horizontales, jointives ;

  • sur l’épaulement : faisceau de cannelures horizontales, jointives.

Aménagement des surfaces

43La facture est, en règle générale, soignée ou très soignée. Les sufaces sont polies ou soigneusement lissées, sans différence entre les diverses parties du vase, col, haut de la panse, bas de la panse et fond.

Attestations

44Mourèze (fig. 3, n1), Tonnerre 1, (fig. 6, n17), Tonnerre 2 (fig. 7, nos 6 et 23), Soucanton (fig. 12, n1), Castelvielh 1 (fig. 16, nos 1 et 2).

45Cette forme est présente dans les gisements du Bronze final II, par exemple dans la grotte du Hasard à Tharaux dans le Gard (Roudil, Dedet 1993, p. 133, fig. 26, n1 à 4 et p. 154, fig. 55, n17). Elle est absente dans ceux du Bronze final IIIb.

Forme 2 : urne biconique ou ovoïde à petit col évasé (fig. 28)

28 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 1 à 5.

28 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 1 à 5.

Caractères morphologiques

  • bord à lèvre arrondie ou amincie ;

  • col bas, évasé, à profil rectiligne ou très légèrement recourbé ;

  • panse ovoïde ou biconique à carène marquée ou non ;

  • fond plat ou creux.

Décor

46Le décor peut se situer en deux endroits :

  • sur la face intérieure du col : cannelures horizontales, jointives ;

  • sur la partie supérieure de la panse : faisceau de cannelures horizontales pouvant surmonter des droites horizontales incisées en double trait après séchage et avant cuisson.

Aménagement des surfaces

47La facture est en règle générale soignée ou très soignée. Les surfaces sont polies ou soigneusement lissées, sans différence entre les diverses parties du vase, col, haut de la panse, bas de la panse et fond.

Dimensions

48Une série grande, avec des diamètre maximum vers 30 cm et une petite avec des diamètres maximum vers 15 cm.

Attestations

49Mourèze (fig. 4, nos 1 et 2), les Cloches (fig. 10, n17), Castelvielh 1 (fig. 16, n3). Cette forme est absente dans les gisements du Bronze final II et dans ceux du Bronze final IIIb de la région prise en compte.

Forme 3 : urne biconique ou ovoïde à petit col évasé (fig. 28)

Caractères morphologiques

  • bord à lèvre coupée en biseau vers l’intérieur ;

  • col bas, évasé, à profil en gouttière vers l’intérieur ;

  • panse ovoïde ou biconique à carène marquée ou non ;

  • fond plat ou creux.

Décor

50Le décor, éventuel, est composé d’une ou plusieurs cannelures horizontales jointives, placées sur la partie supérieure de la panse, juste sous le col, ou dans la zone du diamètre maximum.

Aménagement des surfaces

51La facture est, en règle générale, soignée. Les surfaces sont lissées avec soin, sans différence entre les diverses parties du vase, col, haut de la panse, bas de la panse et fond.

Attestations

52Mourèze (Dedet, Rouquette 2002, 46, fig. 12, n9), Soucanton (fig. 12, nos 8 et 9), En Tourieire (fig. 15, n1). Cette forme est absente dans les gisements du Bronze final II et dans ceux du Bronze final IIIb de la région considérée.

Forme 4 : urne biconique, grande ou moyenne, à petit col évasé (fig. 28)

Caractères morphologiques

  • bord à lèvre coupée en biseau vers l’intérieur (variante A) ou coupée avec surface horizontale (variante B) ;

  • col bas, évasé, à profil rectiligne ou en très légère gouttière vers l’intérieur ;

  • panse biconique à carène plus ou moins marquée ;

  • fond plat ou creux.

Décor

53Le décor peut se situer en deux endroits :

  • sur la partie supérieure de la panse : faisceau de cannelures horizontales ;

  • dans la zone de diamètre maximum de la panse : rangée horizontale d’impressions ovalaires ou en coins de règle.

Aménagement des surfaces

54Les surfaces du col et de la partie supérieure de la panse, jusqu’à la zone de diamètre maximum, sont polies ou lissées avec soin, sans différence entre les deux ; celles de la partie inférieure de la panse et du fond présentent un lissage moins soigné, voire sommaire.

Attestations

55Mourèze (fig. 3, n2), Tonnerre 1 (fig. 6, n13), les Cloches (fig. 11, nos 1 à 4), En Tourieire (fig. 15, n2), Pont du Diable 2 (fig. 25, nos 1et 2).

56Cette forme est présente dans les gisements du Bronze final II, par exemple dans la couche 6 de Mourèze (fig. 2, nos 2 et 4), ou dans la grotte du Hasard à Tharaux (Roudil, Dedet 1993, 132, fig. 25, n2 et 133, fig. 26, nos 12 et 15). Elle est absente dans ceux du Bronze final IIIb.

Forme 5 : grande urne ovoïde à col évasé (fig. 28)

Caractères morphologiques

  • bord à lèvre coupée en biseau vers l’intérieur (variante A) ou coupée avec surface horizontale (variante B), ou encore amincie (variante C) ;

  • col bas ou moyen, évasé, à profil rectiligne ou, parfois, en très légère gouttière vers l’intérieur ;

  • panse ovoïde ;

  • fond plat ou creux.

Décor

57Le décor affecte toujours la partie supérieure de la panse, à partir du contact col-panse. Il peut comprendre un seul élément, ou deux ou trois superposés, et le faisceau de cannelures horizontale est le motif quasi obligé, qui se retrouve à chaque fois :

58- à trois éléments, de haut en bas :

  • cordon horizontal impressionné,

  • faisceau de cannelures horizontales jointives,

  • rangée horizontale d’impressions ovalaires, circulaires ou en coins de règle ;

59- à deux éléments, de haut en bas :

  • faisceau de cannelures horizontales jointives,

  • rangée horizontale d’impressions ovalaires, circulaires ou en coins de règle ;

60- à un élément : faisceau de cannelures horizontales jointives ou rangée horizontale d’impressions ovalaires, circulaires ou en coins de règle.

Aménagement des surfaces

61L’aménagement de la surface extérieure ne marque pas de différence entre le col, le haut de la panse et le bas de celle-ci. Polissage ou lissage fin dominent.

Attestations

62Mourèze (fig. 4, nos 3 et 4), Tonnerre 1 (fig 6, n2), Soucanton (fig. 12, n19), La Réserve (fig. 14), Castelvielh 1 (fig. 16, n11 et fig. 17), Sariot (fig. 23, nos 1 et 2), Pont du Diable 2 (fig. 27, nos 3 et 4). Cette forme est absente dans les gisements du Bronze final II. Elle est attestée dans ceux du Bronze final IIIb, mais pas dans les modèles de grande taille, ainsi par exemple dans l’habitat de Roque de Viou à Saint-Dionisy, Gard (Garmy, Py 1976, 245, fig. 11, n22 et 247, fig. 13, n6).

Forme 6 : grande urne ovoïde à col rentrant (fig. 29)

Caractères morphologiques

  • bord à lèvre coupée en biseau vers l’intérieur (variante A) ou arrondie (variante B) ;

  • col bas ou moyen, rentrant, à profil rectiligne ;

  • panse ovoïde ;

  • fond plat ou creux.

63Cette forme apparaît comme une variante de la forme 5, dont elle ne se distingue que par l’inclinaison du col.

Décor

64Le seul décor connu est le faisceau de cannelures horizontales jointives, disposé sur la partie supérieure de la panse, à partir du contact col-panse. Mais vu le petit nombre d’exemplaires attestés, et leur état de conservation, on ne peut exclure des décors à deux ou trois éléments, comme ceux de la forme 5.

Aménagement des surfaces

65L’aménagement de la surface extérieure ne marque pas de différence entre le col et la panse, du moins la partie supérieure de celle-ci si l’on en croit l’état de conservation des exemplaires connus. Lissage fin ou seulement ébauché.

Attestations

66Mourèze (fig. 4, n5), Castelvielh 1 (fig. 16, n12 et fig. 18, n1). Il s’agit, semble-t-il d’une forme propre au Bronze final IIIa, qui n’apparaissait pas au Bronze final II régional.

Forme 7 : urne ovoïde à embouchure resserrée, sans col (fig. 29)

29 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 6 à 15.

29 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 6 à 15.

Caractères morphologiques

  • bord à lèvre biseautée vers l’intérieur (variante A) ou arrondie (variante B) ;

  • absence de col ;

  • panse ovoïde ;

  • fond plat ou creux.

Décor

67Un décor est parfois présent sur la partie supérieure de la panse. Le motif attesté est la rangée horizontale d’impressions en coins de règle.

Aménagement des surfaces

68La finition des surfaces est moyenne (lissage fin) ou plus grossière (lissage ébauché).

Attestations

69Mourèze (fig. 3, n3). Cette forme rare, est héritée de la période précédente ; on la rencontre au Bronze final II, par exemple dans la couche 6 de Mourèze (fig. 2, n1), ou dans la grotte du Hasard à Tharaux (Roudil, Dedet 1993, 120, fig. 9, nos 6 à 12 et p. 135, fig. 28, n25).

Forme 8 : petite urne à panse ovoïde et col moyen (fig. 29)

Caractères morphologiques

  • bord à lèvre arrondie (variante A), ou coupée avec surface horizontale ou oblique vers l’intérieur (variante B) ;

  • col moyen, évasé, à profil rectiligne ou incurvé vers l’extérieur ;

  • panse ovoïde ;

  • fond plat ou creux.

Décor

70Le décor peut affecter deux endroits :

  • l’épaulement : faisceau de cannelures horizontales jointives, ou droites horizontales incisées en double trait après séchage et avant cuisson ;

  • la zone de diamètre maximum de la panse : rangée horizontale de coups incisés.

Aménagement des surfaces

71Ces urnes présentent une facture généralement soignée, polissage ou lissage fin. L’aménagement des surfaces ne marque pas de différence entre col, haut de la panse et bas de celle-ci.

Attestations

72forme rare ;

  • variante A : Castelvielh (fig. 22, nos 1 et 2) ;

  • variante B : les Cloches (fig. 11, n8), Mourèze (Dedet, Rouquette 2002, 42, fig. 9, n4), Castelvielh (fig. 21, n3).

Les fonds d’urnes

73Vu l’origine de la documentation, très peu de récipients offrent un profil complet, de l’ouverture jusqu’au fond, mais dans le stock de fonds d’urnes découverts, le fond plat domine très largement, tandis que les fonds creux sont rares et les fonds annulaires ou à pied complètement absents. On en conclura donc, pour toutes les formes d’urnes représentées, des fonds plats ou plus rarement creux.

4.2. Les coupes

Forme 11 : coupe profonde biconique (fig. 29)

Caractères morphologiques

  • bord convergent, à lèvre coupée en biseau oblique vers l’intérieur (variante A), ou à lèvre coupée avec aplatissement horizontal (variante B) ;

  • panse biconique, à carène plus ou moins marquée ;

  • fond plat ou creux.

74Les dimensions de ces vases sont très variables. Le diamètre maximum des exemplaires connus s’échelonne de 10 à 36 cm. Sans qu’il y ait une rupture nette, on distinguera une série de grands récipients, d’un diamètre maximum supérieur à 17 cm (variante G) et une série de petits récipients, d’un diamètre inférieur à 17 cm (variante P).

Décor

75Ces vases sont très fréquemment décorés. Presque toujours, cette ornementation affecte la partie supérieure de la panse à l’extérieur, des lignes incisées en double trait après séchage et avant cuisson, surtout des droites horizontales (de deux à huit attestées), mais plus rarement des méandres symétriques à angles droits, des lignes brisées, ou des rangées horizontales de petites impressions punctiformes ou en coups incisés. Parfois une ou deux fines cannelures horizontales ornent la carène. Parfois aussi une à trois rainures prennent place sur le plat de lèvre.

Aménagement des surfaces

76Ces coupes sont de facture très soignée. Le plus souvent toutes les surfaces sont polies, ou, plus rarement, lissées avec soin, sans différence entre haut et bas de la panse, extérieur et intérieur. Il arrive cependant que l’extérieur soit plus soigné que l’intérieur (polissage et lissage fini).

Attestations

77Mourèze (fig. 5, nos 1, 3 et 4), Tonnerre 1, (fig. 6, nos 54, 63, 66, 68, 71 et 72), Tonnerre 2, (fig. 7, n19), les Cloches (fig. 10, nos 1 et 2), Soucanton (fig. 13, nos 1, 3 et 4), En Tourieire (fig. 15, nos 9 à 11), Castelvielh 1 (fig. 21, n4), Sariot (fig. 23, n15), Pont du Diable 1 (fig. 25, nos 14 à 18), Pont du Diable 2 (fig. 27, nos 13 et 14). Cette forme n’est pas attestée dans les gisements du Bronze final II. Elle est présente dans ceux du Bronze final IIIb, mais avec une lèvre arrondie et non plus biseautée ou aplatie.

Forme 12 : coupe profonde arrondie-convexe (fig. 29)

Caractères morphologiques

  • bord convergent, à lèvre coupée en biseau oblique vers l’intérieur (variante A), ou à lèvre coupée avec aplatissement horizontal (variante B), ou encore à lèvre arrondie (variante C) ;

  • panse arrondie-convexe ;

  • fond plat ou creux.

78Comme pour la forme 11, les dimensions de ces coupes varient très fortement. Les diamètres maximums attestés vont de 8 à 42 cm. Là encore, sans qu’il y ait une rupture nette, on distinguera une série de grands récipients, d’un diamètre maximum supérieur à 17 cm (variante G) et une série de petits, d’un diamètre inférieur à 17 cm (variante P).

Décor

79Ces vases sont fréquemment ornés. Presque toujours le décor se situe sur la partie supérieure de la panse à l’extérieur. Il s’agit essentiellement de lignes incisées en double trait après séchage et avant cuisson, surtout des droites horizontales (de deux à cinq attestées), plus rarement des méandres symétriques à angles droits, et, exceptionnellement, ligne brisée en trait simple, points et rectangles emboîtés. Parfois une ou deux fines cannelures horizontales sont placées juste sous le bord. Parfois aussi de fines rainures figurent sur le plat de lèvre.

Aménagement des surfaces

80Ces coupes présentent une facture très soignée, selon des principes tout à fait semblables à ceux qui affectent la forme 11.

Attestations

81Mourèze (fig. 5, nos 2 et 6), Tonnerre 1, (fig. 6, n56), Tonnerre 2, (fig. 7, nos 2, 4 et 5), les Cloches (fig. 10, nos 6 à 9 et 13), Soucanton (fig. 13, nos 5 à 8), En Tourieire (fig. 15, nos 12 à 14), Castelvielh 1 (fig. 21, nos 7 à 9), Sariot (fig. 23, nos 12 à 14 et 16), Pont du Diable 1 (fig. 25, n19). Dans les gisements du Bronze final II, ces vases ont une lèvre arrondie et non pas « coupée » et le décor de lignes incisées en double trait manque.

82Ils sont attestés dans les sites du Bronze final IIIb avec ce type de décor, mais là aussi la lèvre est arrondie et non pas « coupée ».

Forme 13 : coupe carénée (fig. 29)

Caractères morphologiques

  • bord parallèle, à lèvre coupée en biseau oblique vers l’intérieur (variante A), à lèvre coupée avec aplatissement horizontal (variante B) ou à lèvre arrondie ou amincie (variante C) ;

  • panse carénée, plus ou moins profonde ;

  • fond plat ou creux.

83Les dimensions de ces coupes varient assez fortement : de 8 à 42 cm pour les diamètres maximums attestés. Là encore, sans qu’il y ait une rupture nette, on distinguera une variante grande (G) et une variante petite (P).

Décor

84Le décor, éventuel se place à l’extérieur, sur la partie supérieure de la panse. Il s’agit essentiellement de lignes incisées en double trait après séchage et avant cuisson, soit une ou plusieurs droites horizontales, soit une ligne brisée.

Aménagement des surfaces

85La facture est très soignée, polissage ou lissage fini, sans différence entre haut et bas de la panse, extérieur et intérieur.

Attestations

86Mourèze (fig. 5, n5), Soucanton (fig. 13, n2), En Tourieire (fig. 15, n14), Castelvielh 1 (fig. 21, n18). Cette forme est absente dans les gisements du Bronze final II. Elle est attestée dans ceux du Bronze final IIIb mais avec une lèvre arrondie ou amincie (variante C).

Forme 14 : coupe à épaulement et bord divergent (fig. 29)

Caractères morphologiques

  • bord divergent, à lèvre arrondie ou amincie ;

  • panse à épaulement, à profil arrondi ou à carène plus ou moins marquée ;

  • fond plat ou creux.

Décor

87Les rares exemplaires de cette forme attestés ne sont pas décorés.

Aménagement des surfaces

88Ce sont des vases de facture soignée, polissage ou lissage fini, avec un égal aménagement pour le col et la panse, à l’extérieur et à l’intérieur.

Attestation

89Sariot (fig. 24, n11) ; forme très rare.

Forme 15 : coupe à épaulement et bord convergent (fig. 29)

Caractères morphologiques (un seul exemplaire attesté)

  • bord convergent, à lèvre arrondie ou amincie ;

  • panse à épaulement, à profil arrondi ;

  • fond plat.

Décor

90Sur le bord et au contact de la panse, deux droites horizontales, incisées en double trait après séchage.

Attestation

91Pont du Diable 1 (fig. 26, n5). C’est une forme très rare.

4.3. Les plats

Forme 21 : plat tronconique à bord cannelé (fig. 30)

30 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 21 à 25.

30 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 21 à 25.

Caractères morphologiques

  • bord divergent, décoré de cannelures horizontales, à l’intérieur ; lèvre coupée en biseau oblique vers l’extérieur (variante A), ou arrondie (variante B) ou amincie (variante C) ;

  • panse tronconique, à profil légèrement convexe ;

  • fond plat ou creux.

Décor

92Selon l’absence ou la présence d’un décor sur la vasque, à l’intérieur, et la nature de ce dernier, on distingue trois variantes :

  • variante 0 : vasque non décorée ;

  • variante 1 : 1 faisceau de cannelures horizontales dans la partie médiane de la vasque ;

  • variante 2 : méplats couvrant toute la surface de la vasque.

Aménagement des surfaces

93Très généralement ces plats offrent une grande différence dans l’aspact des surfaces : polissage à l’intérieur, tandis que l’extérieur est aménagé sommairement, soit, le plus souvent, avec des traînées de doigts verticales ou obliques depuis le haut de la panse, un peu sous le bord, jusque vers le fond, soit, plus rarement, par un lissage à peine ébauché. Il arrive cependant, dans de rares cas, que la surface extérieure soit aussi bien finie ou polie que l’intérieure.

Attestations

  • variante 21A : Mourèze (fig. 3, n10), Tonnerre 2 (fig. 7, n22), Soucanton (fig. 13, n25), Pont du Diable 2 (fig. 27, n18) ;

  • variante 21C : Mourèze (fig. 3, nos 9 et 11), Tonnerre 1 (fig. 6, nos 48 à 50), Tonnerre 2 (fig. 7, n20), Pont du Diable 1 (fig. 26, n6).

94C’est une forme héritée du Bronze final II, présente encore au Bronze final IIIb, mais dans ses variantes 0 et 1, c’est à dire sans méplats ou cannelures couvrant l’ensemble de la surface intérieure de la vasque.

Forme 22 : plat tronconique à bord simple (fig. 30)

Caractères morphologiques

  • bord divergent simple, à lèvre coupée en biseau oblique vers l’intérieur (variante A), ou coupée avec aplatissement horizontal (variante B), ou simplement arrondie (variante C) ;

  • panse tronconique, à profil légèrement convexe ;

  • fond plat ou creux.

Décor

95Comme pour la forme précédente, trois variantes peuvent être observées en fonction de l’absence ou la présence d’un décor sur la panse à l’intérieur, et de la nature de ce dernier :

  • variante 0 : panse non décorée ;

  • variante 1 : 1 faisceau de cannelures horizontales dans la partie médiane de la panse ;

  • variante 2 : méplats couvrant toute la surface de la panse.

Aménagement des surfaces

96La surface intérieure de la panse est presque toujours polie ou, plus rarement, lissée avec soin. Dans un nombre important de cas, un aménagement semblable affecte aussi la surface extérieure. Mais la plupart de ces plats présentent, comme pour la forme 21, un aménagement sommaire à l’extérieur, soit, le plus souvent, des traînées de doigts verticales ou obliques depuis le haut de la panse, un peu sous le bord, jusque vers le fond, soit, plus rarement, un lissage à peine ébauché.

Attestations

  • variante A : Mourèze (fig. 3, n8), Tonnerre 1 (fig. 6, nos 45-47), Soucanton (fig. 13, nos 26 et 27), Sariot (fig. 24, n4), Pont du Diable 2 (fig. 27, n25) ;

  • variante B : Mourèze (fig. 3, n7), Tonnerre 1 (fig. 6, nos 41 et 42), Tonnerre 2 (fig. 7, n33), Soucanton (fig. 13, n28), Castelvielh (fig. 22, nos 8 et 10), Sariot (fig. 24, n5) ;

  • variante C : Tonnerre 1 (fig. 6, nos 37 et 40), Pont du Diable 2 (fig. 27, n19).

97Cette forme est également attestée au Bronze final II, comme par exemple au Hasard à Tharaux (Roudil, Dedet 1993, p. 125, fig. 17, n12 et p. 127, fig. 20, n9). Elle est présente encore au Bronze final IIIb, mais dans les variantes 0 et 1, sans méplats ou cannelures couvrant la totalité de la vasque à l’intérieur.

Forme 23 : plat tronconique à bord à marli (fig. 30)

Caractères morphologiques

  • bord divergent, à marli horizontal ;

  • panse tronconique, à profil légèrement convexe ;

  • fond plat ou creux.

Décor

98Éventuellement sillons parallèles au bord sur le marli.

Aménagement des surfaces

99La surface intérieure de la panse est presque toujours polie ou, plus rarement, lissée avec soin, tandis que la surface extérieure est sommairement aménagée, avec, le plus souvent, des traînées de doigts verticales ou obliques depuis le haut de la panse, un peu sous le bord, jusque vers le fond.

Attestations

100Castelvielh (fig.21, n1), Pont du Diable 2 (fig. 27, n20). Cette forme est aussi héritée du Bronze final II régional. Elle figure par exemple au Hasard à Tharaux (Roudil, Dedet 1993, p. 125, fig. 17, n12 et p. 127, fig. 20, n9). On la rencontre encore au Bronze final IIIb.

Forme 24 : plat tronconique à bord méplaté (fig. 30)

Caractères morphologiques

  • bord divergent, incurvé vers l’extérieur et portant deux ou trois méplats ;

  • panse tronconique, à profil légèrement convexe ;

  • fond plat ou creux.

Décor

101Les rares exemplaires connus ne portent pas de décoration.

Aménagement des surfaces

102Sur ces rares exemplaires, les surfaces intérieure et extérieure montrent le même degré de finition, généralement le polissage.

Attestation

103Soucanton (fig. 13, n24). Cette forme, absente au Bronze final II, est très rare au Bronze final IIIa, mais connaîtra un grand développement par la suite, au Bronze final IIIb.

Forme 25 : plat tronconique à ressaut (fig. 30)

Caractères morphologiques (exemplaire unique)

  • bord divergent, incurvé vers l’extérieur et portant deux méplats ;

  • panse tronconique, à ressaut dans sa partie supérieure ;

  • fond creux.

Décor

104Sur l’exemplaire connu décor géométrique complexe alliant trois techniques : fines cannelures horizontales sur le bord ; excisions et lamelles d’étain collées sur la panse.

Aménagement des surfaces

105Sur ce vase, les surfaces intérieure et extérieure montrent un même aménagement, polissage.

Attestation

106Castelvielh (fig. 22, n12). Cette forme, exceptionnelle au Bronze final IIIa, est connue au Bronze final II, comme par exemple au Hasard à Tharaux (Roudil, Dedet 1993, 128, fig. 22, nos 2 et 3, et 148, fig. 45, n13). Elle est par contre absente des sites du Bronze final IIIb.

5. Conclusion

107La collection céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental s’inscrit dans l’évolution stylistique de la céramique non tournée indigène de la seconde moitié de l’âge du Bronze final régional, sans rupture ni avec le faciès qui la précède, au Bronze final IIb, ni avec celui qui lui succède, au Bronze final IIIb. Elle présente en effet bien des caractères communs avec le répertoire du Bronze final IIb, elle possède ses traits propres et le répertoire du Bronze final IIIb a plusieurs caractéristiques en commun avec elle.

108Ces caractères déterminants se placent à plusieurs niveaux : dans le registre de la morphologie, la forme globale du vase, mais aussi celle de détails et en particulier le bord et le fond ; dans celui de l’ornementation, la technique décorative et les motifs adoptés.

109Les urnes de forme 1, 4 et 7 et les plats de forme 21, 22, 23 et 24 font partie des legs du passé, du moins en ce qui concerne les formes globales, car des modifications de détail apparaissent alors au Bronze final IIIa. Les lèvres des urnes sont désormais aplaties, « coupées » , et non plus arrondies. Pour les plats, le décor de cannelures larges couvrant l’ensemble de la surface intérieure de la vasque constitue également une nouveauté.

110Au Bronze final IIIa apparaissent aussi plusieurs vases nouveaux, les urnes de forme 2, 3, 6 et 8 et les coupes de formes 11, 12 et 13 avec une lèvre « coupée ». Innovation aussi de cette époque, le décor incisé en double trait dessinant des droites horizontales, ou plus rarement des « méandres symétriques », pour reprendre l’expression de J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou. Une telle ornementation se rencontre parfois alors sur des urnes, à l’épaulement ou sur le col, mais très fréquemment sur la partie supérieure de la panse des coupes de forme 11, 12 et 13, à l’extérieur.

111Certains caractères de ce faciès du Bronze final IIIa se prolongent dans la phase IIIb. Ainsi subsistent les urnes de forme 5, avec un col souvent plus développé, et de forme 8. Continuent également les coupes 11, 12 et 13, cependant celles-ci sont désormais pourvues d’un bord à lèvre arrondie. Il en va de même des plats 21, 22, 23 et 24, mais dans leurs variantes 0 et 1, c’est à dire sans les cannelures sur la totalité de la vasque. Le décor d’incisions fines en trait double et plus rarement simple, qui orne toujours les coupes 11, 12 et 13, affecte désormais fréquemment l’intérieur des plats 21, 22, 23 et 24, sur le bord et/ou sur la vasque, à l’intérieur. Il s’enrichit alors des motifs anthropomorphes et zoomorphes caractérisant le faciès languedocien mailhacien I, à l’exception de la partie la plus septentrionale de la région prise en compte. En effet au nord d’une ligne Alès-Roquemaure, ces derniers dessins incisés en double trait manquent. Le seul exemple zoomorphe attesté, celui de la grotte du Ranc-Pointu à Saint-Martin-d’Ardèche (Gilles 1962, 53, fig. 3), non loin des Cloches, est en trait simple et se rattache à tout un ensemble stylistique extérieur au groupe mailhacien I, allant des Charentes à la moyenne vallée du Rhône et englobant le Massif central (Dedet, Charmasson 1989, 203-206).

112En définitive, le faciès céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental traduit une simple évolution locale, sans qu’il soit nécessaire de faire intervenir des influences extérieures à la région. Le dynamisme des populations locales suffit à expliquer les nouveautés, les grandes similitudes que l’on perçoit avec les contrées voisines, limitrophes, ou plus éloignées, signalant une homogénéisation culturelle sur une vaste aire géographique, couvrant le Languedoc occidental depuis le Lauragais, le Languedoc oriental, les Grands Causses et la Provence occidentale (Gasco 1998 ; Costantini et al. 1985 ; Lachenal, Vital 2010).

113Cette évolution graduelle se poursuit au Bronze final IIIb. Cette époque marque pourtant en Languedoc un changement dans l’habitat, et donc dans le peuplement et l’économie : les habitats du Bronze final IIIa, en grottes, sur des terrasses de falaises, sur des pentes, dans des vallons, en bords de rivière ou d’étang, généralement de petite dimension ou même ne pouvant concerner tout au plus qu’une seule cellule familiale, sont alors abandonnés au profit d’agglomérations plus vastes, parfois très étendues, perchés sur des collines ou des rebords de plateaux, souvent à l’origine d’oppida de l’Âge du Fer (Dedet 1990, 411-412 et 425, fig. 2 et 3). L’évolution du style céramique ne reflète aucunement un tel bouleversement socio-économique.

Haut de page

Bibliographie

Boudou et al. 1961 : BOUDOU (J.), ARNAL (J.), SOUTOU (A.) – La céramique incisée à méandres symétriques du Pont du Diable (Aniane, Hérault). Gallia, XIX, 1961, p. 201-218.

Costantini et al. 1985 : COSTANTINI (G.), DEDET (B.), FAGES (G.), VERNHET (A.) – Vestiges de peuplement du Bronze final II au premier Âge du Fer dans les Grands Causses. Revue Archéologique de Narbonnaise, 18, 1985, p. 1-125.

Dedet 1985a : DEDET (B.) – Sauvetage programmé sur le gisement de Tonnerre II (Mauguio, Hérault). In : L’occupation des rivages de l’étang de Mauguio (Hérault) au Bronze final et au premier Age du Fer. II, Sondages et sauvetages programmés (1976-1979). Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1985, p. 121-141 (cahier 12).

Dedet 1985b : DEDET (B.) – Les gisements lagunaires à l’âge du Bronze final. In : L’occupation des rivages de l’étang de Mauguio (Hérault) au Bronze final et au premier Age du Fer. III, Synthèses et annexes. Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1985, p. 5-46 (cahier 13).

Dedet 1990 : DEDET (B.) – Le Bronze final III en Languedoc oriental et dans les Grands Causses : état de la question. In : GUILAINE (J.), GUTHERZ (X.) dir. – Autour de Jean Arnal. Toulouse, 1990, p. 407-425.

Dedet, Charmasson 1989 : DEDET (B.), CHARMASSON (J.) – L’habitat du Bronze final IIIb de Lombren à Vénéjan (Gard). Gallia Préhistoire, 1989, p. 191-207.

Dedet, Pène 1991 : DEDET (B.), PÈNE (J.-M.) – La grotte I de Castelvielh à Sainte-Anastasie (Gard). Documents d’Archéologie Méridionale, 14, 1991, p. 89-123.

Dedet, Pène 1995 : DEDET (B.), PÈNE (J.-M.) – Note sur le gisement du Bronze final IIIa de Sariot à Cabrières, Gard. Archéologie en Languedoc, 19, 1995, p. 91-101.

Dedet, Rouquette 2002 : DEDET (B.), ROUQUETTE (D.) – L’habitat du Bronze final des Courtinals à Mourèze (Hérault). Fouilles du C.R.A. des Chênes Verts en 1961. Documents d’Archéologie Méridionale, 25, 2002, p. 33-63.

Garcia, Orliac 1990 : GARCIA (D.), ORLIAC (D.) – Les Courtinals à Mourèze, (Hérault). Étude préliminaire de l’habitat protohistorique et de son territoire. Documents d’Archéologie Méridionale, 13, 1990, p. 15-34.

Garcia 1993 : GARCIA (D.) – Entre Ibères et Ligures. Lodévois et moyenne vallée de l’Hérault protohistoriques. Paris, éd. du CNRS, 1993, 355 p. (Supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise, 26).

Garmy, Py 1976 : GARMY (P.), PY (M.) – Deux cabanes stratifiées de l’âge du Bronze final IIIB sur l’oppidum de Roque de Viou à Saint Dionisy (Gard). Gallia, 19, 1976, p. 239-259.

Gascó 1998 : GASCÓ (J.) – Au terme de l’âge du Bronze en Languedoc occidental (France), le Bronze final IIIA. Cypsela, 12, 1998, p. 147-160.

Gilles 1962 : GILLES (R.) – Un dépôt de céramique funéraire dans une grotte du “Ranc Pointu” à Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche). Cahiers Rhodaniens, 9, 1962, p. 53-63.

Groupe Archéologique du Lodévois 1957 : GROUPE ARCHÉOLOGIQUE DU LODÉVOIS – La grotte de Clamouse, Saint-Jean-de-Fos (Hérault). Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 6, 1957, p. 174-184.

Guilaine 1972 : GUILAINE (J.) – L’Âge du Bronze en Languedoc occidental, Roussillon, Ariège. Paris, Klincksieck, 1972, 460 p. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 9).

Huchard, Louis 1950 : HUCHARD (A.), HUCHARD (P.), LOUIS (M.) – La grotte des Cloches, commune de Saint-Martin-d’Ardèche. Revue d’Études Ligures, XVI, 1-3, 1950, p. 133-139.

Hugues 1958 : HUGUES (C.) – Une grotte à foyer des Champs d’Urnes : la grotte-abri d’En Tourieire (Sainte-Anastasie, Gard). Cahiers Rhodaniens, V, 1958, p. 71-73.

Lachenal, Vital 2010 : LACHENAL (T.), VITAL (J.) – Mobiliers céramiques de l’Âge du Bronze de la grotte de la Fourbine à Saint-Martin-de-Crau (Bouches-du-Rhône). Documents d’Archéologie Méridionale, 33, 2010, p. 17-76.

Louis, Taffanel 1955 : LOUIS (M.), TAFFANEL (O.), TAFFANEL (J.) – Le premier Age du Fer languedocien. I, Les habitats. Bordighera-Montpellier, Institut International d’Études Ligures, 1955, 207 p.

Lugand, Bermond 2001 : LUGAND (M.) BERMOND (I.) – Agde et le Bassin de Thau, Paris, Maison des Sciences de l’Homme (coll. Carte Archéologique de la Gaule, 34/2), 448 p.

Prades, G.A.P. 1985 : PRADES (H.), GROUPE ARCHÉOLOGIQUE PAINLEVÉ – Catalogue des mobiliers issus des prospections et des sondages du Groupe Archéologique Painlevé. In : L’occupation des rivages de l’étang de Mauguio (Hérault) au Bronze final et au premier Age du Fer. I. Les recherches du groupe Archéologique Painlevé (1969-1976). Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1985, p. 17-132 (cahier 11).

Py 1985 : PY (M.) – Sauvetage programmé sur le gisement de Tonnerre I (Mauguio, Hérault). In : L’occupation des rivages de l’étang de Mauguio (Hérault) au Bronze final et au premier Age du Fer. II, Sondages et sauvetages programmés (1976-1979). Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1985, p. 48-120 (cahier 12).

Rouquette 1976 : Rouquette (D.) – La station de Mourèze. In : Le Languedoc au premier Âge du Fer. Journée d’étude de Sète, 8 juin 1975. Sète, Fédération archéologique de l’Hérault, 1976, pp. 13-15.

Roudil 1972 : ROUDIL (J.-L.) – L’Âge du Bronze en Languedoc oriental. Paris, Klincksieck, 1972, 302 p. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 10).

Roudil, Dedet 1993 : ROUDIL (J.-L.), DEDET (B.) – Les débuts du Bronze final dans les Gorges de la Cèze (Gard). I : la grotte du Hasard à Tharaux. Documents d’Archéologie Méridionale, 16, 1993, p. 111-162.

Sandars 1957 : SANDARS (N.K.) – Bronze Age Cultures in France, Cambridge, 1957.

Schneider 2000 : SCHNEIDER (L.) – Sites sacrés, sites profanes. Recherches récentes sur les établissements ruraux du haut Moyen Age dans les périphéries monastiques de Saint-Sauveur d’Aniane et Saint-Sauveur de Gellone (Ve-XIe s.). In : AMADO (C.), BARRAL i ALTET (X.) dir., Saint-Guilhem-le-Désert dans l’Europe du haut Moyen Age. Actes de la 2e table ronde de Gellone, août 1998. Amis de Saint-Guilhem-le-Désert, Montpellier 2000, p 47-64.

Schneider, Garcia 1998 : SCHNEIDER (L.), GARCIA (D.) – Le Lodévois. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1998, 332 p. (coll. Carte archéologique de la Gaule, 34/1).

Vallon 1962 : VALLON (J.) – Fouilles de Mourèze. Annales de la société d’horticulture et d’histoire naturelle de l’Hérault. C.-R. des séances, fasc. 3, 1962, p. 163.

Vasseur 1911 : VASSEUR (G.) – Une mine de cuivre exploitée à l’âge du Bronze dans les Garrigues de l’Hérault (environs de Cabrières). L’Anthropologie, XXII, 1911, p. 413-420.

Vital 1986 : VITAL (J.) – La grotte des Cloches à Saint-Martin-d’Ardèche. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 83, 11-12, 1986, p. 503-545.

Haut de page

Notes

1 Mobilier conservé au siège de la Société Archéologique de Montpellier (Musée languedocien).

2 Mobilier conservé au Musée archéologique Henri Prades à Lattes (Hérault).

3 Matériel conservé au Musée régional de Préhistoire d’Orgnac (Ardèche).
Merci à Jean Salles de m’avoir autorisé à étudier le matériel issus de ses prospections et à Jean-Michel Pène pour sa collaboration sur le site.

4 Mobilier conservé au Dépôt de fouilles du Fort Vauban à Alès.

5 Collection particulière. Merci à René Peyrolles de m’avoir permis d’étudier ce vase.

6 À l’exception de deux vases recollés, exposés au Muséum d’Histoire Naturelle de Nîmes, ce matériel est conservé au dépôt du Centre Départemental d’Archéologie du Gard à Nimes-Saint-Cézaire (ancienne collection Hugues).

7 Matériel conservé au dépôt du Centre Départemental d’Archéologie du Gard à Nîmes-Saint-Cézaire.

8 Matériel conservé au dépôt du Centre Départemental d’Archéologie du Gard à Nîmes-Saint-Cézaire. Merci à Xavier Gutherz d’avoir permis l’étude de ce matériel.

9 Merci à Laurent Schneider de m’avoir permis d’étudier ce matériel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 Localisation des gisements du Bronze final IIIa du Languedoc oriental.
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 2 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique de la couche 6, Bronze final IIb (dessins B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 3 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 4 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 5 Les Courtinals, Mourèze (Hérault), sondage réalisé par le CRA des Chênes-Verts en 1961, mobilier céramique des couches 4 et 5, Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 6 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 4, Bronze final IIIa ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 7 Tonnerre 2, Mauguio (Hérault), sondage 1-1978, couches 4 et 5, Bronze final IIIa ; mobilier céramique (dessins B. Dedet, 1985).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 8 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 3, Bronze final IIIb ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 9 Tonnerre 1, Mauguio (Hérault), sondage 2-1976, couche 3, Bronze final IIIb ; mobilier céramique (dessins M. Py, 1985).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 10 Grotte des Cloches, Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche), fouilles 1946-1948 ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Vital, 1986).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 11 Grotte des Cloches, Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche), fouilles 1946-1948 ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Vital, 1986).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 12 Soucanton, Saint-Jean-du-Pin (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 13 Soucanton, Saint-Jean-du-Pin (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 14 La Réserve, Fontanès (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 15 Grotte-abri d’En Tourieire, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 16 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 17 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessin B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 18 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 19 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 20 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 21 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 22 Grotte de Castelvielh 1, Sainte-Anastasie (Gard) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1991).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 23 Sariot, Cabrières (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1995).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 24 Sariot, Cabrières (Gard) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins B. Dedet et J.-M. Pène, 1995).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 25 Pont du Diable, secteur 1, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou, 1961, sauf n° 14, B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 26 Pont du Diable, secteur 1, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique du Bronze final IIIa (dessins J. Boudou, J. Arnal et A. Soutou, 1961).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 27 Pont du Diable, secteur 2, Aniane (Hérault) ; mobilier céramique des couches du Bronze final IIIa (fouilles L. Schneider, dessins B. Dedet).
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 28 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 1 à 5.
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 29 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 6 à 15.
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 30 Classement de la céramique du Bronze final IIIa du Languedoc oriental, formes 21 à 25.
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/2092/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Dedet, « Le style céramique du Bronze final IIIa en Languedoc oriental », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 30 avril 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://dam.revues.org/2092

Haut de page

Auteur

Bernard Dedet

Directeur de recherche émérite
ASM - Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR 5140, Univ Montpellier 3, CNRS, MCC, F-34000, Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page