Navigation – Plan du site

Nouvelles données sur le site protohistorique du Mas-Saint-Jean à Bellegarde (Gard)

Yves Gascó et André Michelozzi
p. 125-130

Résumés

Découvert et prospecté en 1982, ce site de coteau a fait l’objet de nouvelles recherches en1987. Ces dernières ont révélé les restes de structures d’habitations en matériaux périssables ainsi que la fosse sépulcrale d’un enfant nouveau-né inhumé sous une couche de destruction d’habitations. Les documents céramiques sont semblables à ceux recueillis en 1982 et confirment l’appartenance de cet habitat au faciès suspendien (VIIIe-Ve s. av. J.-C). L’absence d’importations méditerranéennes qui apparaissent, dans la région du Languedoc oriental proche du littoral, dès le dernier quart du VIIe s. av. J.-C. place cet habitat au début du Ier âge du Fer (deuxième moitié du VIIIe – trois premiers quarts du VIIe s. av. J.-C.).

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Ce site protohistorique se place sur la commune de Bellegarde (Gard), à proximité des bâtiments du mas Saint-Jean, au nord de la route Beaucaire/Saint-Gilles (D38). Il domine la plaine humide, installé à 25 m d’altitude sur une formation de versant constituée principalement de galets remaniés issus des Costières, de limon sableux et de marnes (fig. 1).

1 Mas Saint-Jean à Bellegarde (Gard). Situation du gisement

1 Mas Saint-Jean à Bellegarde (Gard). Situation du gisement
  • 1 Parcelle 655, Section B4, commune de Bellegarde (Gard) ; X = 776,200, Y= 3165,100.
  • 2 Nous remercions tout particulièrement le propriétaire, M.N. Reuse, qui a autorisé l’intervention ar (...)

2Ce gisement est déjà connu pour avoir livré, en 1982, des documents du début de l’âge du Fer (Gasco, Michelozzi 1983 : 135-138). Un sondage (point 1), effectué à l’ouest du mas, et des ramassages de surface avaient alors révélé des vestiges céramiques sur une petite zone (point 2) située à l’est. En 1987, le creusement d’une tranchée dans cette même zone1 a mis au jour des niveaux protohistoriques et médiévaux ; ils ont été explorés par l’ouverture de trois sondages pratiqués en bordure de la tranchée et limités en surface à 3 m2 chacun2.

2. Le sondage 2 - 1987

2.1. Stratigraphie et structures

3Ce sondage a mis en évidence, sur une épaisseur de 0,40 m, plusieurs niveaux remplissant de petites dépressions à fonds plats et horizontaux, taillées dans le substrat de marne jaune en forte déclivité. Ces couches ont été, par endroits, perturbées très anciennement par des coulées de limons sableux et de marnes jaunes. Ces remplissages comportent des inclusions de charbons et de cendres, des fragments de torchis avec traces de clayonnages et des fragments de vases. Le niveau supérieur, épais de 0,50 m, qui surmonte l’ensemble, contient divers documents remaniés par les labours (tessons de céramique, morceaux de torchis).

2.2. mobilier céramique et typologie

  • 3 N’est présenté par sondage que le matériel provenant de couches homogènes ; les fragments de cérami (...)

4Le mobilier recueilli est uniquement constitué de céramique non tournée3 :

  • coupe à panse arrondie convexe et bord divergent à lèvre arrondie : 1 bord (fig. 2, n° 1) ;

  • coupe tronconique à fond plat et lèvre aplatie ou arrondie : 2 fragments de panses avec fonds (fig. 2, nos 2, 3) ;

  • coupe tronconique très évasée : 1 fond annulaire concave (fig. 2, n° 4) ;

  • urne à panse ovoïde peu prononcée, col rentrant à bord évasé et lèvre arrondie : partie supérieure d’un exemplaire décoré sur la panse d’un rang horizontal d’impressions ovalaires et à l’épaulement bien marqué par un ressaut (fig. 2, n° 5) ; 1 épaulement décoré d’une impression ovalaire (fig. 2, n° 7) ;

  • urne sans col, à lèvre aplatie et à fond plat : 1 fragment de panse avec fond (fig. 2, n° 6).

2 Mas Saint-Jean, nos 1 à 7 : mobilier du sondage 2-1987 ; nos 8 à 11 : mobilier du sondage 3-1987

2 Mas Saint-Jean, nos 1 à 7 : mobilier du sondage 2-1987 ; nos 8 à 11 : mobilier du sondage 3-1987

3. Le sondage 3 - 1987

3.1. stratigraphie et structures

5Comme dans le sondage 1, les niveaux supérieurs (fig. 3, couches 1 et 2) remaniés par les travaux agricoles ont livré du mobilier céramique et des restes de constructions (pisé, torchis). À la base de ces niveaux se placent deux couches juxtaposées reposant sur le substrat de marne jaune stérile (couche 7) : l’une (couche 4) est formée de terre brune sans document archéologique ; l’autre (couche 3) est constituée de terre noire cendreuse et charbonneuse contenant des fragments de vases mêlés à des fragments de foyers construits et à de nombreux vestiges de torchis portant des empreintes de clayonnages.

3 Mas Saint-Jean. Sondage-1987, coupe sud-est/nord-ouest

3 Mas Saint-Jean. Sondage-1987, coupe sud-est/nord-ouest

3.1.1. Aménagement funéraire

  • 4 Le trop court délai accordé pour la fouille n’a pas permis la venue d’un anthropologue qui aurait p (...)

6À la surface de la couche 3 affleure une pierre calcaire plate (0,35 x 0,25 x 0,10 m environ) (fig. 3, n° 5) ; posée horizontalement sur sa plus grande surface, elle ferme partiellement une inhumation d’un enfant nouveau-né dont elle recouvre la partie inférieure du corps (fig. 4). Celui-ci est déposé dans une fosse ovalaire (0,65 m de long, 0,35 m de large et 0,15 m environ de profondeur), aux parois sub-verticales, creusée dans le substrat de marne jaune et remplie de terre fine brune (fig. 3, n° 6 et fig. 5). Le corps est allongé au fond, adossé contre la paroi, le dos légèrement fléchi, tête au nord, pieds au sud recouverts par un gros galet de quartzite. Le crâne a conservé son volume, bien qu’un morceau de pariétal soit déplacé devant le front. Les membres supérieurs et inférieurs droits sont légèrement fléchis, ceux de gauche en extension le long de la paroi de la fosse. Les mesures anthropologiques reposent uniquement sur l’analyse de clichés de fouille ; elles permettent de conclure qu’il s’agit d’un prématuré d’un à deux mois ou d’un sujet à terme mort-né (Dedet 2008)4. Cette sépulture pourrait être de peu antérieure à la couche 3. En effet, cette dernière est une couche de destruction de structures d’habitations qui semble avoir été étalée autour de la tombe pour obtenir un sol plan et horizontal d’occupation ; c’est ce que suggèrent les traces de rubéfaction sur la partie supérieure de la pierre tombale qui affleure ce sol.

4 Mas Saint-Jean. Sondage 3-1987, sépulture d’un nouveau né en cours de dégagement

4 Mas Saint-Jean. Sondage 3-1987, sépulture d’un nouveau né en cours de dégagement

5 Mas Saint-Jean. Sondage 3-1987, squelette d’enfant dans la fosse 6

5 Mas Saint-Jean. Sondage 3-1987, squelette d’enfant dans la fosse 6

3.2. mobilier céramique et typologie

7Comme dans le sondage 2, les fragments de céramique appartiennent tous à des vases non tournés :

  • faisselle : 1 grand fragment avec un bord supérieur et inférieur sans fond (fig. 6, n° 8) ;

  • coupe à panse arrondie convexe, bord divergent à lèvre arrondie : 1 bord (fig. 6, n° 9) ;

  • urne à panse ovoïde, à col rentrant et bord évasé : 1 fragment de col (fig. 2, n° 10) et 1 épaulement décoré d’impressions ovalaires (fig. 2, n° 11).

6 Mas Saint-Jean. Mobilier des niveaux remaniés

6 Mas Saint-Jean. Mobilier des niveaux remaniés

4. Niveaux supérieurs remaniés des sondages 2-87 et 3-87 et ramassages de surface

4.1. mobilier céramique et typologie

8Les tessons recueillis proviennent tous de vases non tournés :

  • coupe à panse arrondie convexe et bord divergent à lèvre arrondie : 1 bord (fig. 6, n° 1) ;

  • coupe tronconique à lèvre aplatie : 1 bord (fig. 6, n° 2) ;

  • coupe à panse arrondie convexe à bord extérieur légèrement rentrant à lèvre aplatie vers l’intérieur : 1 bord (fig. 6, n° 3) ;

  • urne indéterminée à fond plat : 1 fond (fig. 6, n° 4) ;

  • urne à panse ovoïde, col rentrant, bord évasé à lèvre aplatie ou arrondie : 4 bords (fig. 6, nos 6-8) et 5 épaulements dont 1 à méplats (fig. 6, n° 9) et 4 décorés d’une rangée d’impressions en coin de règle (fig. 6, nos 10, 11, 12, 13), 1 décor incisé (fig. 6, n° 14) ;

  • urne indéterminée : 2 fonds plats (fig. 6, nos 15, 16) et 1 fond annulaire (fig. 6, n° 17).

5. Conclusion

  • 5 Pour une datation haute du début du faciès suspendien : Dedet, Goury 1987-1988 : 11-12.
  • 6 Pour des tumulus du Tardre à Baron (Gard), voir Gasco 1984 : 42 ; des documents inédits provenant d (...)

9Les deux sondages ont révélé des restes de constructions en matériaux périssables (torchis, pisé), vestiges probables de cabanes ainsi que d’autres aménagements sous la forme de petites fosses et de fragments de foyers construits. Pour ce qui concerne les documents céramique, il est manifeste que tout le mobilier recueilli au mas Saint-Jean, lors des recherches de 1987, est en tout point semblable à celui exhumé, sur le même site, lors des explorations de 1982 et appelle les mêmes remarques (Gasco, Michelozzi 1983 : 136-137). On rappellera, toutefois, que ces documents se placent dans le contexte du faciès suspendien qui se développe en Languedoc oriental durant les VIIIe-VIe s. av. J.-C.5. Par les caractéristiques de sa culture matérielle, le gisement du mas Saint-Jean est semblable à d’autres sites régionaux ayant donné une céramique non tournée comparable : dans le Gard, quelques grottes des gorges du Gardon (Grotte Suspendue, Baume-Longue, Saint-Joseph, l’Eounas…), la Liquière à Calvisson, la Redoute à Beaucaire, la Jasse-de-Roque à Combas, des tumulus du Tardre à Baron, Port-Vieilh à Aigues-Mortes, et dans l’Hérault la Rallongue et Cabane de Tonnerre à Mauguio6. Il faut souligner l’absence d’importations méditerranéennes qui apparaissent, dans la région du Languedoc oriental proche du littoral, dès le dernier quart du VIIe s. av. J.-C. On peut donc raisonnablement proposer que les installations du mas Saint-Jean, situées dans ce secteur géographique, sont antérieures. On les datera donc de la phase initiale du Ier âge du Fer (deuxième moitié du VIIIe – trois premiers quarts du VIIe s. av. J.-C.), comme d’autres habitats sans importations qui sont placés dans la même zone et qui ont donné des céramiques typologiquement semblables (la Redoute à Beaucaire - sondage 3, c.3b - et Port-Vieilh à Aigues-Mortes) (Py, 1990 : 384).

10Datée de la même période par son environnement stratigraphique, la sépulture du nouveau-né se place, pour l’âge du Fer en Languedoc, parmi les plus anciennes inhumations d’enfants connues dans un contexte d’habitat.

Haut de page

Bibliographie

Dedet 2008 : DEDET (B)- Les enfants dans la société protohistorique . L’exemple du Sud de la France. Rome, 2008, (Bibliothèque de l’École française de Rome).

Dedet, Goury 1987-1988 : DEDET (B.) GOURY (D.) - Un habitat de plaine du Ier âge du Fer à Saint-Martin (Collorgues-Gard). Gallia, 45, 1987-1988, pp. 1-12.

Gasco 1984 : GASCO (Y.) - Les tumulus du Premier âge du Fer en Languedoc oriental. Archéologie en Languedoc, 1984, 144 p. 100 pl.

Gasco, Michelozzi 1983 : GASCO (Y.) MICHELOZZI (A.) - Note sur le site protohistorique du mas Saint-Jean à Bellegarde (Gard). DocAMérid, 6, 1983, pp.135 -138.

Py 1990 : PY (M.) - Culture, économie et société protohistoriques dans la région nîmoise. Rome, École française de Rome, 1990, 957 p. (Bibliothèque de l’Ecole française de Rome, 131, vol. 1).

Haut de page

Notes

1 Parcelle 655, Section B4, commune de Bellegarde (Gard) ; X = 776,200, Y= 3165,100.

2 Nous remercions tout particulièrement le propriétaire, M.N. Reuse, qui a autorisé l’intervention archéologique ainsi que MM. Jacques Delvaux, Thomas Martinez et Michel Reboul pour leur participation. Le sondage 1 ayant révélé uniquement des restes médiévaux (silo et mobilier céramique), seuls les sondages 2 et 3 sont abordés ici. Pour les documents recueillis en surface seuls ceux se rapportant à la Protohistoire sont décrits dans cet article.

3 N’est présenté par sondage que le matériel provenant de couches homogènes ; les fragments de céramique issus des couches supérieures remaniées par les labours seront regroupés avec ceux recueillis lors de ramassages en surface, le tout décrit dans un paragraphe séparé.

4 Le trop court délai accordé pour la fouille n’a pas permis la venue d’un anthropologue qui aurait pu effectuer d’utiles observations. Il a fallu se résoudre, après repérage précis et protection, à remblayer la tombe dans l’attente d’une très hypothétique reprise des recherches.

5 Pour une datation haute du début du faciès suspendien : Dedet, Goury 1987-1988 : 11-12.

6 Pour des tumulus du Tardre à Baron (Gard), voir Gasco 1984 : 42 ; des documents inédits provenant du même site ont été récemment inventoriés. Nous remercions B. Dedet et J.-M. Pène pour leurs renseignements. Pour tous les autres gisements, voir Py 1990 : 384 –389.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 Mas Saint-Jean à Bellegarde (Gard). Situation du gisement
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/1800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre 2 Mas Saint-Jean, nos 1 à 7 : mobilier du sondage 2-1987 ; nos 8 à 11 : mobilier du sondage 3-1987
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/1800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 3 Mas Saint-Jean. Sondage-1987, coupe sud-est/nord-ouest
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/1800/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 4 Mas Saint-Jean. Sondage 3-1987, sépulture d’un nouveau né en cours de dégagement
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/1800/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre 5 Mas Saint-Jean. Sondage 3-1987, squelette d’enfant dans la fosse 6
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/1800/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre 6 Mas Saint-Jean. Mobilier des niveaux remaniés
URL http://dam.revues.org/docannexe/image/1800/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Gascó et André Michelozzi, « Nouvelles données sur le site protohistorique du Mas-Saint-Jean à Bellegarde (Gard) », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 31 | 2008, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://dam.revues.org/1800

Haut de page

Auteurs

Yves Gascó

rue du Stade, 34750 Villeneuve-les-Maguelone

André Michelozzi

76 rue de Nîmes, 30300 Beaucaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page