Navigation – Plan du site

Un traceur archéozoologique des périodes de crise : la consommation de viande de cheval en Gaule méditerranéenne protohistorique

Philippe COLUMEAU
p. 183-196

Résumés

Les études de la faune archéozoologique des habitats protohistoriques du sud de la Gaule entreprises ces vingt dernières années donnent une grande masse de données. Parmi elles, celles relatives à la consommation de viande de cheval sont examinées dans ce travail. Mises en relation avec les données de l’histoire des sites étudiés, elles participent à la mise en évidence de plusieurs aspects de l’alimentation des populations. En premier lieu, la séparation des espèces dans le ravitaillement en viande : grand bétail d’un coté, petits ruminants et porcs de l’autre. Ensuite, l’examen de la consommation de viande de cheval apparaît toujours liée à une situation de crise variable dans sa durée et son intensité. La crise doit cependant affecter l’ensemble de la zone d’habitat, et non une seule structure. Enfin, cette étude fait apparaître une piste pour approcher l’étendue du territoire de chasse (au cerf) d’une population de Gaule méditerranéenne au cours du Premier âge du Fer, à travers la faune archéologique des sites de Tonnerre (Hérault) et de la Liquière (Gard).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe COLUMEAU, « Un traceur archéozoologique des périodes de crise : la consommation de viande de cheval en Gaule méditerranéenne protohistorique », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 29-30 | 2007, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://dam.revues.org/1679

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page