Navigation – Plan du site

Recommandations aux auteurs

Recommandations aux auteurs

1. Informations générales

Aire géographique, domaine chronologique

Les numéros de la revue qui constituent la collection des D.A.M. contiennent des études analytiques et synthétiques sur les données archéologiques des cultures protohistoriques du sud de la France. La collection peut s’ouvrir également aux régions limitrophes. Avec des articles développés sont rassemblées des informations plus restreintes et des notes archéologiques ou méthodologiques. Chaque volume, au format 220 x 280 mm, comporte 250 à 300 pages imprimées. Les périodes abordées sont comprises entre le début de l’âge du Bronze et l’extrême fin de l’âge du Fer.

La préparation et l’édition des travaux

La gestion scientifique est assurée par un Comité de lecture et de rédaction composé des Conservateurs régionaux de l’Archéologie ainsi que de chercheurs du sud de la France (Université, CNRS, Culture, Musées, collectivités territoriales). La préparation des manuscrits, leur traitement informatique, les corrections et le maquettage sont placés sous la responsabilité éditoriale de la cellule d’édition de la revue.

Le Comité de rédaction

Il se réunit en novembre de chaque année. Chaque séance du Comité traite des articles qui seront publiés dans l’année qui suit. Les éventuels refus sont explicités. Les manuscrits retenus sont édités dans un délai de six mois.  Des retouches peuvent être demandées.

Les manuscrits

Ils doivent être inédits (texte et illustrations) et conformes aux normes. Ils seront envoyés au Directeur de le revue avant le 15 octobre de chaque année.

Epreuves de correction

Les auteurs reçoivent une épreuve qui doit faire l’objet d’une relecture attentive et minutieuse (on s’attardera spécialement sur les inventaires, les listes chiffrées, les références de pages, les numéros d’appel de figure…). Les corrections de ces épreuves doivent être très soignées et claires (en rouge) selon les conventions habituelles dans l’édition (se reporter au modèle habituel des codes de correction typographique). Les épreuves corrigées doivent être retournées au secrétariat d’édition sous une quinzaine de jours. Une vingtaine de tirés-à-part sont remis par article (quel que soit le nombre d’auteurs).

2. Normes de présentation

Les indications ci-après s’inspirent pour l’essentiel des normes nationales (AFNOR) et du code de typographie (Abrégé à l’usage de la presse, Paris, éd. CFPJ, 1984) ; on se reportera pratiquement aux exemples des derniers volumes parus.

La présentation générale

Le texte de l’article saisi sur CD (traitements de texte standards) et enregistré au format Word Mac ou RTF) suivra les prescriptions suivantes :

  • dans un dossier portant le nom de l’auteur, regrouper les fichiers séparés suivants : texte ; notes ; bibliographie ; légendes des figures ; éventuellement, tableaux ; diagrammes ; annexes

  • pas de coupure de mot manuelle

  • pas de mise en page ni formatage des notes de bas de page, elles seront saisies dans un fichier séparé

  • réduire au maximum les enrichissements typographiques (italique, gras) ; la revue se réserve le droit de les modifier

  • ne pas souligner les titres ou des mots dans le texte

  • éviter le saut de ligne sauf entre les différents paragraphes et chapitres

  • la saisie effectuée par l’auteur doit demeurer la plus élémentaire possible : tous les enrichissements typographiques sont en effet réalisés lors du maquettage

  • fournir un tirage laser du texte et des illustrations destiné au Comité de rédaction

  • En résumé :

  • pas de tabulation / pas de mise en page / pas de mots soulignés / pas de paragraphes solidaires / pas de césures de mot / pas de tableaux dans le texte (dans un fichier à part)

Toutes ces prescriptions viennent en sus des recommandations générales faites aux auteurs

L’article sera accompagné d’un résumé de 800 à 1000 signes, d’une liste de mots-clés (6 à 10), et d’une traduction anglaise dans la mesure du possible.

La rédaction de l’article

Généralités

Le texte d’un article doit être concis, précis et aller à l’essentiel, sans analyses et inventaires répétitifs ou superfétatoires. Penser à séparer clairement les analyses globales et les considérations synthétiques des parties plus purement descriptives (catalogue). Prévoyez des renvois évidents et des concordances simples entre le texte et les illustrations : toutes les figures doivent être appelées dans le texte.

Découpage

Le texte doit être hiérarchisé à l’aide des titres et sous-titres numérotés en chiffres arabes :

3 niveaux uniquement : 1., 1.1., 1.1.1., 1.1.2., 1.1.3. … Au-delà, sous-titres possibles mais sans numérotation. Aucun paragraphe (surtout en début de texte) ne peut trouver place hors de la numérotation.

Le titre de l’article doit être concis et comporter les indications géographiques et/ou chronologiques. Le lieu-dit d’un site doit être suivi de l’indication de la commune et du département.

Le nom (ou les noms) de l’auteur est placé juste sous le titre (prénom, Nom) suivi d’un astérisque (*) pour le renvoi de domiciliation (indiqué en tête des « notes de commentaires »).

Quelques rappels

Usage des majuscules

L’emploi doit être limité à l’essentiel, sans abus ; on se reportera au Bon usage de la langue française de M. Grévisse (éd. Duculot). Aucun mot ou nom propre ne doit être totalement en majuscules dans le texte. Les noms d’une civilisation ou d’une période chronologique, employés substantivement, prennent une majuscule au mot signifiant : la Protohistoire méridionale, l’âge du Fer. Le mot âge prend toujours une minuscule sauf dans Moyen Âge (qui s’écrit sans trait d’union). Les noms de points cardinaux prennent une majuscule quand ils font fonction de nom propre : ex. les populations du Sud ; ils prennent une minuscule quand ils sont employés adjectivement : ex. au nord du mur 44.

Usage de l’italique

Il est limité aux mots latins et étrangers non courants : le terminus ante quem de cette place fortifiée ; l’agglomération grecque d’Emporion en Catalogne. Les locutions et mots latins sont composés en italique dans un texte en romain, et en romain dans un texte en italique.

En revanche, on francisera les mots usuels comme dolium(s) ou oppidum(s).

Usage des abréviations et des conventions

Afin d’alléger les textes, l’édition emploie un certain nombre d’abréviations dont il convient cependant de respecter la transcription. Pour notre discipline, voici une liste restreinte d’abréviations et de conventions usuelles :

Les nombres

Généralement écrits en lettres dans le courant du texte (ex. six niveaux, deux périodes), sauf pour les mesures de longueur, de poids ; ils sont toujours en chiffres dans les inventaires et les catalogues.

  • Les nombres à partie décimale : écrire 3,25 m (et non pas 3m, 25)

  • Les grands nombres : ne pas mettre de point entre les centaines et les milliers, un espace seulement : écrire 10 420 m et non pas 10.420 m.

  • Les coefficients de réduction : écrire 1/2 500 ou 1/3 et non pas 1/2.500° ou 1:3

Les indications d’unités

Les conventions d’unités de longueur, de capacité ou de poids ne prennent pas la marque du pluriel et ne sont pas suivies d’un point ; elles ne s’abrègent que si elles accompagnent un chiffre.

  • millimètre = mm

  • centimètre = cm

  • décimètre = dm

  • mètre = m ; mètre carré = m2

  • kilomètre = km ; kilomètre carré = km2

  • litre = l

  • gramme = g

  • kilogramme = kg

Les indications chronologiques

Ne pas écrire « siècle » ou « avant/après Jésus-Christ » en entier ; ne pas écrire les siècles en caractères arabes, mais en romain suivi de « er » ou « e » : Ier s. av. J.-C., IIe s. ap. J.-C.

Les indications ordinales

Ne pas écrire Ière partie ou 2e moitié mais = première partie du résumé, seconde moitié du IIe s. de n. è.

Les abréviations dans les inventaires

Obligatoires dans les parties descriptives répétitives. On les choisira dans la liste ci-dessous. Dans ces cas, les abréviations prennent un point (mais pas la marque du pluriel).

  • Exemples usuels

  • L. = longueur

  • l. = largeur

  • ép. = épaisseur

  • ex. = exemplaire(s)

  • fr. = fragment(s)

  • diam. = diamètre (éviter Ø)

  • p. = poids

  • R. = recto

  • V. = verso

  • mod. = module

On explicitera éventuellement en tête du catalogue les autres conventions employées. On évitera au maximum dans le corps du texte l’emploi d’abréviations non prescrites ci-dessus ; ainsi on écrira : Saint-Blaise (et non St. Blaise).

Références bibliographiques

Elles sont intégrées dans le texte suivant le système « auteur - date – page » (entre parenthèses) et séparées des « notes de commentaire ».

Notation de la référence dans le texte

Elle comporte (entre parenthèses) :

  • nom du ou des auteurs de l’article ou de l’ouvrage (trois maximum [au-delà : et al.] sans virgule après)

  • année d’édition (suivie d’une virgule)

  • la ou les pages choisies (sans indication p. ou pp.)

  • éventuellement, le renvoi à une note (= n.) ou à une figure (= fig.)

  • Ex. : (Benoit 1955, 38) (Villard 1960, 45, fig. 13)

La liste bibliographique

Toutes les références appelées en bibliographie doivent être appelées dans le cours du texte. Les renvois aux articles et ouvrages cités dans le texte seront regroupés par ordre alphabétique en fin de texte. Chaque référence sera précédée de la notation « auteur – date » (en gras dans le texte composé).

Les renvois seront rédigés ainsi :

• pour un ouvrage

  • en gras, rappel du ou des auteurs (en minuscules) et de l’année ; double point

  • NOM + (initiale du prénom ; point) ; tiret

  • titre complet de l’ouvrage (en corps italique) ; point

  • lieu de l’édition, numéro de l’édition, éditeur, année de l’édition,  nombre de pages, de figures, de planches hors-texte (la collection éventuelle et le numéro du tome dans celle-ci)

Ex : Sparkes, Talcott 1970 : SPARKES (B.A.), TALCOTT (L.) – Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B-C. Princeton, 1970, 472 p. (The Athenian Agora, XII, 1 et 2).

• pour un article dans une revue

  • en gras, rappel du ou des auteurs (en minuscules) et de l’année (éventuellement suivie d’une lettre minuscule s’il y a plusieurs articles de la même année citée) ; double point

  • NOM + (initiale du prénom ; point) ; tiret

  • titre complet de l’article (en corps romain) ; point ; titre du périodique (en italique) en employant les abréviations préconisées par l’Année philologique ou Archäologische Bibliographie - Deutsches Archäologisches institut ; pour les éditions confidentielles non répertoriées, il est préférable de donner le titre complet du périodique.

  • numéro du tome, numéro du fascicule [ce dernier facultatif]

  • année de parution de la revue

  • pages de l’article complet (précédées de pp.)

Ex : Bérato 1993 : BÉRATO (J.) – Evolution de la céramique non tournée de la fin de l’âge du Fer à la période gallo-romaine dans le département du Var. DocAMérid, 16, 1993, pp. 317-336.

• pour un article dans un ouvrage collectif

  • en gras, rappel du ou des auteurs (en minuscules) et de l’année ; double point

  • NOM + (initiale du prénom ; point) ; tiret

  • titre complet de l’article (en corps romain)

  • In + double point : indication du ou des directeurs de l’édition collective d’où l’article est tiré, du titre de l’ouvrage, du lieu et de l’année de parution, type de manifestation scientifique (dans le cas des Actes d’un congrès), pagination

Ex : Daugas, Malacher 1976 : DAUGAS (J.-P.), MALACHER (F.) – Les civilisations de l’âge du Fer dans le Massif Central. In : GUILAINE (J.) dir. – La Préhistoire française. Paris, CNRS, 1976, pp. 734-752.

Notes de commentaire

Réunies en fin d’article, elles regroupent les considérations indispensables qui ne peuvent s’intégrer au texte. Les renvois seront indiqués dans le texte (entre parenthèses ou en chiffre supérieur) selon une numérotation continue en chiffres arabes. Les « notes » ne sont pas destinées à contenir des renvois bibliographiques (sauf exceptions inévitables).

Les illustrations

Il convient d’insister sur l’importance de l’illustration dans le propos du chercheur. Elle participe de manière tout à fait complémentaire au discours écrit. Les auteurs doivent apporter autant de soin et de réflexion à sa mise en forme qu’à l’élaboration du texte. Pour ce faire, l’auteur est le plus à même de sélectionner les figures les plus pertinentes. A nous, responsables de la phase éditoriale, de l’aiguiller et de lui proposer les normes en vigueur pour cette collection.

Dans la conception des figures nous insisterons sur le format d’impression de la collection. Le « miroir de page » des éditions ADAM étant de 190 × 235 mm, les figures pleine page [a] ne doivent pas excéder 220 à 225 mm de hauteur pour une justification de 190 mm de largeur. Il est également offert deux autres types de format. Les figures sur une colonne [b] ont une largeur de 90,5 mm pour une hauteur de 220 mm maximum. Les figures sur 2/3 de page [c] ont une largeur qui oscille entre 110 et 130 mm pour une hauteur de 220 mm maximum. Il est donc nécessaire dans la conception des figures de tenir compte de ces justifications et de prévoir d’éventuelles réductions. Les documents remis n’excéderont pas le format A3 (210 × 420 mm).

Le dessin au trait

Les documents confiés à l’éditeur doivent être présentés sur des supports de qualité et en bon état. Les bromures (copyproof-contact), les calques forts (90-95 ou 110-115 g/m2) ou polyesters sont les supports les plus appréciés pour leur tenue et la qualité de leur rendu. On exclura les tirages à l’imprimante laser ou les photocopies, ainsi que les superpositions de différents supports (papier et calque, calque et calque). Il est recommandé d’être précis et d’éviter les enrichissements inutiles. Les dessins de céramique doivent se conformer aux normes établies, la réduction courante étant de 1/3, sauf pour les grandes tailles au 1/4 ou au 1/5 et 1/1 pour les estampilles et les petites inscriptions. Les dessins d’objets métalliques, en verre, en bois ou en os respecteront également les normes en vigueur avec des réductions préconisées selon la nature et la taille des objets, de l’ordre du 1/3 ou du 1/2, le 1/1 ne convenant que pour de très petits objets et les détails. Sur la figure, il apparaîtra la numérotation des dessins en chiffres arabes en continu, une échelle. L’auteur doit veiller également à l’homogénéité de la présentation de l’ensemble des planches.Les plans, coupes et restitutions spatiales doivent comporter une échelle métrique précise, ainsi qu’une orientation (Nord). Les planches doivent rentrer dans les justifications précédemment soulignées. Trop étroites elles laisseront des zones de blanc déséquilibrant la mise en page, trop importantes, elles seront trop chargées et peu lisibles. Tous les documents destinés à être réduits doivent être exécutés avec des plumes dont l’épaisseur devra pouvoir supporter la réduction au moment de l’impression (exemple : pour un dessin céramique destiné à être réduit trois fois, choisir une plume tubulaire de 0,4 ou 0,5 mm, selon le support choisi). Il est également judicieux de ne pas utiliser de trames mécaniques afin d’éviter des effets de moirage et d’empâtement après réduction et numérisation, ces mêmes trames peuvent être avantageusement exécutées par la cellule technique après une simple entente préalable.

Les photographies

L’impression offset permet d’obtenir une excellente qualité de reproduction des photographies. Pour ce faire, il est nécessaire de posséder à la base de bons documents, biens définis et correctement contrastés, ces illustrations sont destinées à des vues essentielles ne doublant pas un dessin. Les documents photographiques noir et blanc doivent être fournis sur papier brillant de préférence, il ne sera pas accepté de tirages laser ou jet d’encre. Les photographies ne seront pas détourées, ce travail étant exécuté en aval. Il est préférable de fournir à la cellule d’édition des tirages originaux noir et blanc. Cependant, les tirages couleurs sont acceptés ainsi que les diapositives (du 24 × 36 au 6 × 7 cm) de bonne qualité (support sain, exempt de toute micro-rayures, propre) préférables à un retirage papier. Ne pas envoyer de négatif (sauf accord préalable).

Les documents numériques

Les courbes et histogrammes peuvent être réalisés sous Excel ou Illustrator (Pc ou Mac, accompagnés des données chiffrées). Les dessins seront travaillés sous un logiciel graphique (Illustrator de préférence, à défaut ils seront enregistrés sous le format EPS). Pour ces documents l’épaisseur des traits sera de préférence supérieure ou égale à 0,3 mm, sans dépasser sauf exception 1 mm. Les trames employées iront de 15 % à 60 % par tranche de dix en évitant une surcharge néfaste à la bonne compréhension du document. Les polices spéciales employées en symbole seront de préférence vectorisées afin qu’elles ne puissent être modifiées. Il est également conseillé d’éviter la prolifération de calques.

Pour les auteurs qui souhaiteraient numériser eux-mêmes leurs photographies, celles-ci devront être en niveaux de gris et d’une résolution supérieure à 300 dpi dans son format final qui aura été déterminé en accord avec la cellule d’édition. L’auteur veillera au bon équilibre de l’image en évitant les trop forts contrastes de lumière et les surexpositions. Les images une fois traitées ne seront pas compressées et fournies sur CD-Rom ou DVD (sous le standard ISO 9660). Les documents au trait numérisés seront scannés en 1 200 dpi (sans interpolation), la numérotation se fera en chiffres arabes (police Futura book 8 pts).

Remise des documents à l’éditeur

Le numéro de la figure et le nom de l’auteur devront être inscrits au dos de l’illustration au crayon noir léger. Les diapositives porteront ces indications sur le recto afin de déterminer correctement l’orientation. L’auteur veillera à protéger efficacement ses illustrations à l’aide de pochettes plastifiées. Il est également recommandé de joindre, classés, des tirages et des photocopies des illustrations, sur lesquels figureront les recommandations et les souhaits spécifiques à chaque figure (réduction, tramage, placement). L’auteur devra dans la mesure du possible garder un double des illustrations, même si celles-ci, confiées à la cellule de publication, doivent lui être restituées.